Mar. Fév 7th, 2023

Par Guillaume Cabana

Le 12 août dernier avait lieu la journée «J’achète un livre québécois». Si certaines personnes n’ont pas eu la chance de visiter leur librairie locale, voici deux suggestions d’œuvres à ne pas manquer.

Une dystopie féministe qui fait écho à notre actualité!

Viendra le temps du feu, Wendy Delorme, Éditions Cambourakis, collection Sorcières, 2022.

Cette suggestion de lecture permet de découvrir le cinquième et remarquable roman de l’autrice féministe Wendy Delorme. Une lecture puissante sur le destin de femmes qui veulent survivre et s’émanciper dans une société totalitaire.

Autant par les mots poétiques que les images évoquées, on le vit et on le ressent, ce voyage dans un monde totalitaire où la rage de vivre s’incarne à travers l’amour, la sensualité et l’espoir.

Wendy Delorme est une grande écrivaine de sa génération. Viendra le temps du feu est un roman choral où l’écriture ardente nous plonge dans une grande quête de liberté. On y retrouve les thèmes de la résistance, de la sororité, et de l’amour face à l’aspect aliénant du quotidien dans un monde totalitaire. Ces thèmes sont explorés différemment, de façon détaillée, à travers l’histoire de cinq personnages.

Grâce à certaines références à Wittig et Atwood, Delorme nous montre l’étendue de son talent, de sa fine compréhension des enjeux actuels, de ce que peut être la place d’une lutte poétique pour un avenir lumineux. Viendra le te temps du feu est un livre d’un réalisme sombre, mais, Wendy Delorme, c’est aussi une autrice qui met de l’avant des personnages LGBT et queer sur le fond d’un récit écoféministe. Un roman exceptionnel, magnifique et terrifiant !

Un essai accessible face à l’imminence de la cité numérique!

La Ville analogique. Repenser l’urbanité à l’ère du numérique, Guillaume Éthier, Éditions Atelier 10, collection Documents, 2022.

Cette suggestion d’essai permet de réfléchir aux actions du quotidien pour faire face à l’emprise des géants du web sur nos vies. Une réflexion sur l’importance des espaces propices à la lenteur et des initiatives créatrices afin de permettre une identité collective, une diversité et l’inclusion dans la ville numérique de demain.

Professeur en théories de la ville et des rapports espace-société au Département d’études urbaines de l’UQAM, Guillaume Éthier propose un essai pertinent à l’ère de l’omniprésence du numérique dans nos vies.

La ville analogique est un essai rafraîchissant qui est une grande invitation à réfléchir notre rapport à la ville et à l’importance de se l’approprier. Éthier défend avec efficacité l’idée que la ville est un lieu vital permettant un ressourcement en parallèle avec l’omniprésence de la réalité numérique dans tous les aspects de nos vies.

Guillaume Éthier propose une mobilité douce permettant de réactualiser la ville de demain et ces lieux, ainsi que d’imaginer d’autres lieux propices à créer la rencontre et la socialisation comme lieu d’enracinement. Malgré une thématique vaste et complexe et déjà abordée par d’autres. C’est un essai clair et lucide sur les enjeux qui composent une vie collective en ligne et dans l’espace public.


Crédit image @Guillaume Cabana

FORMER ET INFORMER / Le Collectif a pour mission de rapporter objectivement les actualités à la population et d’offrir une tribune à la communauté étudiante de Sherbrooke et ses associations. Toutes les déclarations et/ou opinions exprimées dans les articles ou dans le choix d’un sujet sont uniquement les opinions et la responsabilité de la personne ou de l’entité rédactrice du contenu. Toute entrevue ou annonce est effectuée et livrée dans un but informatif et ne sert en aucun cas à représenter ou à faire la promotion des allégeances politiques ou des valeurs éthiques du journal Le Collectif et de son équipe.