Sam. Mai 25th, 2024

Par Émilie Oliver 

Lors de la saison 2023 de la NFL, pas moins de 10 joueurs avaient été suspendus pour avoir enfreint les règles quant aux paris sportifs. À la conclusion des enquêtes réalisées dans ce dossier, plusieurs constats avaient émergé, notamment celui que de nombreux joueurs disaient ne pas saisir l’entièreté des règles; ce qu’ils avaient et ce qu’ils n’avaient pas le droit de faire. 

Nuances au sein des règles 

Alors que plusieurs pensaient qu’ils avaient le droit de placer des paris sur d’autres sports, qui n’impacteraient pas le leur, l’enjeu se retrouvait dans l’emplacement dudit pari. Effectivement, lors de son enquête, ESPN a rapporté que « les joueurs sont autorisés à parier sur d’autres sports que la NFL lorsqu’ils ne sont pas dans les installations de l’équipe ou de la ligue ou en déplacement avec leur équipe, mais plusieurs ont été suspendus six matchs pour avoir parié au mauvais endroit ou au mauvais moment ». 

Alors que la règle ne s’applique que sur l’emplacement du joueur au moment du pari, plusieurs semblaient croire qu’il était tout simplement interdit de parier sur quelconque sport et déploraient ce fait. « Pourquoi les joueurs ne peuvent-ils pas parier sur d’autres sports qui ne compromettent pas l’intégrité du jeu? » avait déclaré un joueur anonymement à ESPN.  

Le changement de lois sur les paris 

En 2018, la Cour suprême a abrogé une loi fédérale qui limitait principalement les paris sportifs au Nevada. Depuis ce changement, le monde du pari sportif a rapidement évolué dans toutes les ligues majeures de sport. Pour la NFL, le partenariat officiel entre la ligue et trois géants du pari sportif (Caesars, DraftKings et FanDuel) sème la confusion au sein des athlètes, qui écopent de temps à autre de suspensions qui les surprend. « [Les joueurs suspendus] ont peut-être simplement mal compris la règle. C’est regrettable », mentionnait un athlète à ESPN lors de leur enquête. 

À la vue de cette incompréhension qui semblait être relativement commune au sein des joueurs, la NFL a mis sur pied une formation obligatoire pour toutes les recrues et les membres du personnel intégrant nouvellement une équipe. 

En 2024, les règles ne sont plus floues 

Évidemment, chaque ligue a ses propres directives en ce qui concerne l’implication des joueurs, des employés et des arbitres de la ligue dans les paris sportifs. Pour ce qui est de la MLB, le livre des règles est clair : personne ne peut parier quoique ce soit, sur n’importe quel match de baseball. « Tout joueur, arbitre, ou officiel de Club ou de Ligue, qui pariera quelque somme que ce soit sur n’importe quel match de baseball dans le cadre duquel le parieur n’a pas de devoir à accomplir, sera déclaré inéligible pour une année. » Dans le cas où le joueur, arbitre, ou officiel de Club ou de Ligue, a un devoir à accomplir dans le match, ce dernier sera déclaré définitivement inéligible. 

Du côté de la LNH, une seule phrase suffit : « Parier sur n’importe quel match de la LNH est interdit. » Pour leurs confrères de la NBA, la politique de jeu interdit aux joueurs, aux équipes et aux employés de la ligue de parier sur les matchs de la NBA ou sur l’une de ses propriétés affiliées (WNBA, G-League, ligue d’été, etc.). Cependant, si les paris sportifs sont légaux dans leur région, les joueurs et les employés sont autorisés à parier sur d’autres sports. 

Pourquoi toujours autant de scandales, alors?  

Malgré des règlements qui ne pourraient être plus clairs, chacune des ligues des quatre sports majeurs a enregistré dans les dernières années bon nombre de scandales et de suspensions concernant des officiels, des joueurs ou membres de la ligue contrevenant à la politique. Pensons notamment au Shohei Ohtani, star de la MLB qui fait présentement l’objet d’une enquête pour un tel cas et qui aurait, prétendument, également impliqué l’interprète de longue date d’Ohtani.  

Encore plus récemment, la NBA a ouvert une enquête concernant le centre des Raptors de Toronto, Jontay Porter, à la suite de plusieurs « irrégularités de paris au cours des derniers mois. » En somme, alors qu’une grande majorité des parieurs avaient misé sur le sous, au over/under, lors du match du 26 janvier, Porter avait joué un total de 4 minutes, avant de quitter la rencontre pour une « aggravation d’une blessure à l’œil. » Le lendemain, DraftKings, une application de paris, mentionnait dans son rapport quotidien que le cas de Porter avait été le meilleur gagnant de la soirée. Ce type de scénario s’est reproduit à au moins deux reprises.  

Cela dit, ce genre d’enquête ne date pas d’hier. Pour ceux étant en position de changer considérablement le déroulement et la conclusion d’un match, tels que les arbitres, les joueurs ainsi que les entraîneurs, les magouilles ne sont pas rares et les théories du complot, encore moins.  

Le cas des Lakers 

Dans la NBA, la disparité entre les lancers francs alloués aux Lakers de Los Angeles et ceux de toutes les autres équipes de la ligue a fait couler beaucoup d’encre. En effet, le traitement de faveur dont semblent bénéficier LeBron James et ses coéquipiers remet sur la table la possibilité d’un complot de la part de la ligue pour placer les Lakers au sommet, ou même de bénéficier de l’argent issu des paris concernant l’équipe. Effectivement, pendant les deux dernières saisons, les Lakers se hissent au premier rang des lancers francs accordés, avec un total qui est plus grand que celui des trois équipes qui les suivent au classement.  

Ces chiffres rappellent l’importance du pouvoir de l’arbitrage dans les sports, ainsi que l’impact crucial que tous les acteurs participant aux matchs ont sur le résultat final. Après le scandale de 2007 impliquant l’officiel Tim Donaghy, qui a admis avoir parié sur des matchs qu’il a arbitrés lors des saisons de 2003 à 2007, certains vont même jusqu’à remettre en question l’intégrité et la validité des ligues professionnelles.  


Source: Getty images

FORMER ET INFORMER / Le Collectif a pour mission de rapporter objectivement les actualités à la population et d’offrir une tribune à la communauté étudiante de Sherbrooke et ses associations. Toutes les déclarations et/ou opinions exprimées dans les articles ou dans le choix d’un sujet sont uniquement les opinions et la responsabilité de la personne ou de l’entité rédactrice du contenu. Toute entrevue ou annonce est effectuée et livrée dans un but informatif et ne sert en aucun cas à représenter ou à faire la promotion des allégeances politiques ou des valeurs éthiques du journal Le Collectif et de son équipe.

Cheffe de pupitre SPORTS ET BIEN-ÊTRE pour le Journal Le Collectif | Site web