Jeu. Juil 18th, 2024

Par Maxime Quesnel 

Tout d’abord, il faut mentionner que le but de cet article n’est pas de définir quelle est la meilleure diète ou d’émettre une opinion sur le sujet, mais bien de clarifier certains points et d’éduquer les gens sur les conduites saines en matière d’alimentation.  

Avec la montée des diètes amaigrissantes et des modes alimentaires, il est essentiel de faire un topo de la situation : quelles sont les informations à prendre en compte et quels sont les pièges à éviter ?  

Les pièges à éviter 

Lorsqu’il est question d’alimentation et de santé en général, il est important d’être prudent afin d’éviter certains pièges qui peuvent sembler très banals. 

Tout d’abord, un point que la majorité des diètes amaigrissantes ont en commun est le suivant : elles sont restrictives. On y restreint soit la quantité de nourriture ingérée, soit un type d’aliment, soit les heures de la journée où il est permis de manger. Bien que certaines diètes puissent avoir des résultats impressionnants chez certains individus, dans d’autres cas, elles peuvent occasionner des carences alimentaires, des désordres métaboliques, des troubles psychologiques et bien plus ! Pour monsieur et madame tout le monde, les diètes restrictives comporteraient bien plus d’effets négatifs que d’effets positifs. Tout produit ou alimentation qui promet une perte de poids impressionnante en très peu de temps est malheureusement à éviter. Croyez-le, s’il existait une formule miracle, santé et qui fonctionne réellement, nous le saurions !  

L’effet «yo-yo» 

Un autre aspect à considérer en ce qui concerne les diètes est la non-permanence des résultats, aussi connus comme « l’effet yo-yo ». Il est très rare qu’une personne adopte une diète pour le restant de ses jours : c’est souvent temporaire, seulement pour permettre d’atteindre un objectif de poids le plus rapidement possible. En revanche, tout comme le yo-yo, le poids perdu finira par remonter dans la majorité des cas. En effet, c’est ce que soutient la science : dans 90 % des cas, les gens reprennent le poids perdu, et même plus, dans les 5 années qui suivent la fin de la diète. De plus, les variations de poids extrêmes sont très stressantes pour le corps, en plus d’avoir un effet psychologique négatif sur la personne qui reprend le poids si durement perdu par la privation et les efforts.  

Alors, que faire 

Il est bien beau de dire ce qu’il faut éviter en alimentation, mais qu’en est-il de ce qu’il faudrait faire ? La réalité est beaucoup moins « sexy » que ce que promettent les diètes : la perte de poids se doit d’être progressive si l’on veut maintenir le poids perdu. Pour être considérée comme saine, la perte de poids ne devrait pas dépasser, en moyenne, 1 à 2 livres par semaine. Des changements d’habitudes de vie graduels ainsi que la collaboration avec un professionnel de la santé qualifié devraient être priorisés afin d’éviter les carences nutritionnelles ou la privation alimentaire excessive.  

En bref, dans la plupart des cas, une perte de poids plus lente et plus saine, donc sans restriction alimentaire majeure, occasionnera un maintien du poids perdu à long terme, contrairement aux diètes restrictives.  


Crédit image @Canva

FORMER ET INFORMER / Le Collectif a pour mission de rapporter objectivement les actualités à la population et d’offrir une tribune à la communauté étudiante de Sherbrooke et ses associations. Toutes les déclarations et/ou opinions exprimées dans les articles ou dans le choix d’un sujet sont uniquement les opinions et la responsabilité de la personne ou de l’entité rédactrice du contenu. Toute entrevue ou annonce est effectuée et livrée dans un but informatif et ne sert en aucun cas à représenter ou à faire la promotion des allégeances politiques ou des valeurs éthiques du journal Le Collectif et de son équipe.