Mer. Mai 15th, 2024

Par Gabrielle Goyet

Alors que l’été tire à sa fin et que la population étudiante s’apprête à regagner les campus de l’Université de Sherbrooke, le coup d’envoi de la session d’automne 2022 sera lancé officiellement par l’incontournable spectacle de la rentrée. Cet événement semestriel organisé conjointement par la Fédération étudiante de l’Université de Sherbrooke (FEUS) et le Regroupement étudiant de maîtrise, diplôme et doctorat de l’Université de Sherbrooke (REMDUS) saura à coup sûr faire vibrer les étudiantes et les étudiants pour leur retour en classe.

En effet, le mercredi 7 septembre aura lieu une toute nouvelle édition du spectacle de la rentrée d’automne. Il ne s’agit pas là d’une première, alors que les deux associations étudiantes coorganisent depuis 40 ans ces festivités très connues. Bien qu’il y ait également un spectacle à la rentrée d’hiver, celui de l’automne est particulièrement festif, ayant souvent un budget substantiel. Les personnes étudiantes anticipent cet événement année après année puisque les activités sont moindres durant la saison estivale.

Où, quand, quoi et comment?

L’événement tant attendu prendra la forme d’un 5 @ 11, alors que trois prestations se succèderont pour enflammer le stationnement PJ2. Comme à l’habitude, elles dureront respectivement quarante-cinq minutes, une heure et une heure quinze. Par le passé, de grands noms comme Koriass et Fouki (2021), Valaire (2019), Les Cowboys fringants (2018), Alaclair ensemble (2017), Bernard Adamus (2016) et Loud Larry Ajust (2015) ont pu faire vibrer la communauté universitaire sherbrookoise. Il va sans dire que tous et toutes attendent impatiemment l’annonce de la programmation 2022 ! Laurent Dépatie, Vice-Président aux activités étudiantes de la FEUS, peine à dissimuler son engouement : « Je suis vraiment excité de la programmation, toute l’équipe l’est aussi. Ça va être un événement extraordinaire, les gens vont être contents ».

Outre le fait qu’il s’agit d’une célébration très appréciée pour son aspect culturel et festif, le spectacle de la rentrée fait également office de moyen de financement clé pour les associations étudiantes. Fréquemment, on peut retrouver des kiosques à l’effigie de quelques-unes des associations facultaires, qui amassent des fonds pour redonner à leur tour à des initiatives étudiantes de leur faculté via la vente de breuvages alcoolisés ou non. Même si l’inflation a fait passer le prix des jetons de consommation de 2,50 $ à 3 $ postpandémie, les projets étudiants ne seront pas en reste. M. Dépatie mentionne que l’alcool fort ne sera pas rendu disponible sur le site pour éviter les débordements et respecter les consignes de la sécurité du campus, mais « que la bière sera assurément très présente ». De la nourriture sera également disponible monnayant quelques jetons à l’effigie de la FEUS.

Pour plus de plaisir, une foule de partenaires

Pour assurer que l’événement soit un succès, le Vice-président aux activités étudiantes souligne ardemment l’importance de partenaires clés. « Année après année, Audiobec rend les spectacles de la rentrée possible grâce à une expertise technique et la location d’une grande scène. Ils sont toujours là, même avec la pénurie de main-d’œuvre, pour garantir que le spectacle devienne une réalité », affirme-t-il. Parmi les autres partenaires essentiels, la FEUS et le REMDUS peuvent compter sur l’appui d’Arrière Cours, une sous-branche du centre culturel de l’UdeS. L’expertise et les contacts de cette organisation dans le milieu du spectacle sont des atouts indéniables pour le comité organisateur.

Hormis ces partenaires, l’entreprise locale le Vent du Nord permet de fournir les artistes en consommations. Voltaic revient également chaque année pour immortaliser les célébrations ; les clichés pris sont toujours rendus disponibles gratuitement à la suite du spectacle sur les pages Facebook du REMDUS et de la FEUS. La radio étudiante CFAK profite pareillement de l’événement pour couvrir le spectacle et faire des entrevues avec les artistes, dynamisant encore plus le campus. À ceci s’ajoute l’organisme à but non lucratif Élixir, présent pour faire de la prévention contre la consommation excessive.

En plus de la prestation musicale, M. Dépatie spécifie que des prix seront tirés parmi les personnes présentes et que certains commanditaires profiteront de l’événement pour faire des jeux et activités à leurs kiosques. Certaines marchandises promotionnelles risquent d’être au rendez-vous, alors qu’un nombre important d’entreprises locales et d’organismes à but non lucratif sont impliqués dans l’élaboration de cet événement d’envergure.

Faire revivre le campus principal

Si les deux dernières années ont été très difficiles en raison des mesures sanitaires, les occasions de se regrouper en tant que communauté étudiante ont aussi écopé du contexte pandémique. Pourtant, la vie de campus est l’une des raisons fréquemment mentionnées lorsqu’on demande aux membres de la communauté universitaire les motifs pour lesquels ils ont opté pour l’UdeS. C’est la ligne directrice que le comité organisateur a adoptée pour le spectacle de cette année : « On veut vraiment que les gens se souviennent de cette édition. Le but de ce spectacle, c’est de marquer les gens, de remettre les activités étudiantes sur la table. On veut faire mousser la vie de campus à l’université », spécifie le responsable aux activités étudiantes.

La FEUS et le REMDUS avaient en effet été déchirés à l’idée de devoir limiter le nombre de spectateurs et de spectatrices en avril dernier, lors du spectacle de fin d’année mené par Fouki et Koriass. Le comité est certainement soulagé de savoir qu’aucune limite n’est fixée par le gouvernement à l’heure actuelle. « Si on peut aller rejoindre entre 4 000 et 5 000 personnes de la communauté étudiante, ce serait incroyable », souligne le représentant de la FEUS. Ce dernier a pris le temps de dire à de multiples reprises que les gens des campus de Longueuil et de la Faculté de Médecine et des Sciences de la Santé (FMSS) étaient invités à venir festoyer avec ceux du campus principal. Une chose est certaine : si l’enthousiasme du comité organisateur est partagé par la foule pour ce grand retour du spectacle de la rentrée en cette période postpandémique, ce sera une soirée dont tous voudront se souvenir.  


Crédit image @Gabrielle Goyet

FORMER ET INFORMER / Le Collectif a pour mission de rapporter objectivement les actualités à la population et d’offrir une tribune à la communauté étudiante de Sherbrooke et ses associations. Toutes les déclarations et/ou opinions exprimées dans les articles ou dans le choix d’un sujet sont uniquement les opinions et la responsabilité de la personne ou de l’entité rédactrice du contenu. Toute entrevue ou annonce est effectuée et livrée dans un but informatif et ne sert en aucun cas à représenter ou à faire la promotion des allégeances politiques ou des valeurs éthiques du journal Le Collectif et de son équipe.

Cheffe de pupitre SOCIÉTÉ pour le journal Le Collectif | Site web

Gabrielle est une étudiante à la maitrise en études politiques appliquées, cheminement recherche avec rédaction. Outre pour le côté académique, elle affectionne l’écriture pour l’aspect émancipateur de la chose.

Pour elle, c’est à la fois un défi et un divertissement d’être informée de tout ce qui se passe sur le campus. Autrefois Vice-Présidente aux affaires internes à la Fédération étudiante de l’Université de Sherbrooke (FEUS), elle n’en est pas à sa première fois lorsqu’on parle de couvrir les événements des divers campus de l’UdeS. Si elle adore échanger dans les 5 à 8, elle prend également un grand plaisir à fréquenter les activités culturelles et politiques de notre université. Étant très extravertie, c’est avec joie que Gabrielle se renseigne sur les projets étudiants développés au sein de sa communauté.