Sam. Fév 24th, 2024

Par Ema Holgado 

Le Salon du livre de l’Estrie s’est tenu cette année du 12 au 15 octobre au Centre des foires de Sherbrooke. Comme chaque année, l’évènement nous en a mis plein les yeux en proposant au public des rencontres et des dédicaces avec de grands auteurs québécois, des Longues entrevues intimes animées par Felix Morin, et un choix de livre intéressant.  

Travailler pour le Salon du livre 

Je dois vous l’avouer, mon cœur penche toujours un peu pour le Salon du livre de l’Estrie. Chaque année depuis le secondaire je me propose pour être bénévole ou pour y travailler. Cela me permet alors de passer plusieurs jours à discuter avec le public friand de bonnes lectures et à être aux premières loges des évènements les plus attendus des quatre jours de festivités. L’expérience de travailler dans un salon en est une toute particulière, car, que l’on ait été embauché comme bénévole pour coordonner le salon ou par les différentes maisons d’édition pour vendre des livres, l’ambiance tourne entièrement autour de la littérature. Les recommandations sont échangées, des débats sont menés sur le choix des mots et tel ou tel auteur et chacun en ressort enrichi et les mains pleines de livres en tous genres. 

Une programmation (trop?) tournée vers la jeunesse  

Cette année encore, les deux premières journées du salon, soit le jeudi et le vendredi, étaient réservées aux différentes classes de primaire et de secondaire qui venaient visiter le centre des foires à la recherche de leur prochaine lecture de chevet ou de classe. Une initiative très importante lorsque l’on sait que les études sur l’apprentissage nous disent que plus un enfant est conscientisé par la lecture tôt, plus il a des chances de continuer à lire en grandissant. Il existe pour chaque jeune un livre qui peut lui faire aimer la lecture et le Salon du livre se donne la mission de le rapprocher de ce saint Graal. Le Salon du livre permet aussi aux enfants de vivre avec leur classe une expérience culturelle riche et propre aux salons littéraires qu’ils ne vivraient pas forcément en famille.  

Malheureusement, comme tout le monde ne peut pas gagner chaque fois, ce sont les visiteurs libres de ces deux journées qui ont eu du mal à trouver une quiétude dans le salon entre les cris et les courses de tous bords, tous côtés. Certains ont pris la décision de revenir plus tard en soirée pour pouvoir apprécier, dans le calme et dans une ambiance plus adulte, la sélection de livres.  

Une critique faite cette année a été sur cettedite sélection de livres. Mettant l’accent grandement sur la partie jeunesse, le Salon du livre de l’Estrie 2023 a peut-être un peu négligé les lecteurs plus matures de Sherbrooke qui ont trouvé la sélection plutôt réduite. Il est vrai que sur les sept allées du salon, trois étaient réservées aux livres jeunesse et presque chaque kiosque vendait des livres pour enfants.  

Les Longues entrevues de Félix Morin 

Si je ne dois recommander qu’une seule chose à suivre au Salon du livre, ce seraient les Longues entrevues animées par Félix Morin. Prenant la forme d’une discussion intime entre l’auteur et l’animateur, les Longues entrevues nous ouvrent un peu plus la tête des plus grands auteurs québécois. Une grande partie du mérite revient à l’animateur, Félix Morin, qui, par sa connaissance accrue des œuvres, dont il parle, et par son écoute bienveillante et admirée, nous propose un format qui laisse la place aux auteurs de pouvoir s’ouvrir en toute quiétude. Cela au plus grand plaisir du public. On en oublierait presque que ce n’est pas une discussion entre Félix, l’auteur, et nous. Durant cette édition du Salon du livre, les longues entrevues ont accueilli Étienne Beaulieu, Rafaële Germain, Véronique Grenier et Jean-Philippe Pleau, Mickaël Bergeron ainsi que le grand Michel Tremblay. Vous pouvez retrouver une partie de ces longues entrevues en format balado sur les plateformes de diffusion telles que Spotify ou encore sur le site de la radio étudiante de l’Université de Sherbrooke, CFAK.  

Des auteurs de renom présents à Sherbrooke  

La sélection d’auteurs à rencontrer et écouter cette année au salon était des plus impressionnante. L’auteur du roman Les rêves du Ookpik, Étienne Beaulieu, a donné de son temps durant plusieurs séances de dédicaces et plusieurs entrevues tout au long de la fin de semaine. Une entrevue avec Jean-Philippe Cyr, le très connu chef végan québécois a eu lieu sur une des scènes du centre des foires. Le romancier d’horreur, Patrick Senécal, a animé une soirée pour adolescent. Louis Hamelin, auteur, entre autres, de La constellation du lynx, a, quant à lui, animé un atelier d’écriture. Était aussi présente Marie-Christine Chartier, auteure à succès, qui venait nous parler de ses différentes œuvres telles que Le sommeil des loutres ou encore L’allégorie des truites arc-en-ciel. Finalement, la venue la plus attendue du salon était celle du très grand auteur québécois, Michel Tremblay. Le vendredi, le salon a organisé un évènement de commémoration pour sa pièce de théâtre Hosanna. Le lendemain, il a participé à de nombreuses entrevues et est resté plusieurs heures en dédicace avec ses très nombreux lecteurs qui étaient venues de toute la région pour pouvoir échanger avec lui. Comme toujours, Michel Tremblay nous a accompagnés dans son univers du Plateau Mont-Royal nous parlant de ses personnages, mais aussi de sa période plus creuse dans les années 90 où ses livres ne se vendaient plus. Le romancier de 81 ans a aussi abordé, avec toute la douceur et la poésie qu’on lui connait, ses questionnements sur la mort et ce qu’il espère que sera sa dernière œuvre. Un moment touchant et dont tous les spectateurs sont sortis pleins de gratitude.  


Source: Tourisme Cantons-de-l’Est

FORMER ET INFORMER / Le Collectif a pour mission de rapporter objectivement les actualités à la population et d’offrir une tribune à la communauté étudiante de Sherbrooke et ses associations. Toutes les déclarations et/ou opinions exprimées dans les articles ou dans le choix d’un sujet sont uniquement les opinions et la responsabilité de la personne ou de l’entité rédactrice du contenu. Toute entrevue ou annonce est effectuée et livrée dans un but informatif et ne sert en aucun cas à représenter ou à faire la promotion des allégeances politiques ou des valeurs éthiques du journal Le Collectif et de son équipe.