Mar. Juil 23rd, 2024

Par Émilie Oliver

Le dialogue avance bien entre le comité de relance de l’équipe de rugby Vert & Or féminin et son institution sportive. L’équipe « satellite », les Valkyries de Sherbrooke, débutera dès cette semaine son premier camp d’entraînement.

Depuis l’annonce de dissolution des deux équipes de rugby au sein du Vert & Or en décembre 2022, un comité de travail a été mis en place afin d’organiser une relance, en collaboration avec la direction du Vert & Or. Ce dernier a pour but de négocier et de s’entendre sur des critères à respecter, pour que les athlètes sherbrookois puissent continuer de porter leurs couleurs au sein de leur établissement scolaire. Lors de cette réflexion, bon nombre d’organismes et d’acteurs ont été consultés afin de recueillir une expertise en matière de rugby. La fédération de Rugby du Québec, en plus du Club de Rugby civil de Sherbrooke, les Abénakis, a d’ailleurs fait partie des discussions afin de faciliter la réintégration des équipes au circuit universitaire.

Un travail toujours en cours

Rappelons que l’annonce avait fait couler beaucoup d’encre lors de sa sortie, notamment au sein des médias sportifs, mais encore plus dans la communauté du rugby au Québec. Plusieurs acteurs du milieu se disaient d’ailleurs « sous le choc et frustrés par cette décision dont ils n’avaient pas été prévenus. » Effectivement, c’était lors de leur rencontre de fin de saison que les entraîneurs des équipes ont appris que le dossier était sur la table depuis l’année précédente, chez le Vert & Or.

Une pétition, ayant en date d’aujourd’hui recueilli plus de 9 100 signatures, avait été créée dans le but d’infirmer la décision. Plusieurs clubs et organismes tels que les Carabins de l’Université de Montréal, le Rouge & Or de l’Université Laval, en plus de bon nombre de clubs civils québécois avaient, également, montré publiquement leur soutien à leurs collègues sherbrookois. Après avoir convoqué les athlètes à une réunion informative le 14 décembre dernier, Simon Croteau et la direction du Vert & Or ont annoncé la fermeture officielle des deux programmes, après 30 ans d’activité.

Ce n’est que quelques semaines plus tard, au retour du congé des fêtes, que s’est enclenché le dialogue menant au processus de relance. Consensus : le rugby féminin aura la chance de réintégrer les clubs sportifs de l’Université de Sherbrooke (UdeS), à condition de respecter les critères établis par le comité de réflexion et la direction du Vert & Or. Une équipe « satellite » nommée les Valkyries de Sherbrooke pourra agir en tant que « club école » de l’Université de Sherbrooke, afin de favoriser la relance. Cette dernière sera composée en grande partie d’étudiantes-athlètes de l’UdeS, en plus d’être bonifiée par les recrues arrivant pour la saison 2024. Les anciennes pourront donc compter sur le soutien de leurs futures collègues dans leur saison de préparation.

Au niveau masculin, devant l’instabilité accrue du club avant la fermeture, rien n’est encore convenu concernant une possible relance au Vert & Or. Aucune solution n’est écartée officiellement pour le moment, mais, comme la mobilisation est moins présente du côté masculin, il faudra patienter encore au moins un an avant que les travaux se mettent en branle pour discuter des conditions de retour. La relance de l’équipe masculine est toutefois conditionnelle à la réintégration du club féminin au Réseau du Sport étudiant du Québec (RSEQ) en 2024.

Un futur « très positif » du rugby à Sherbrooke

 « Il faut vraiment croire que nous avons toutes nos chances de revoir le programme revivre », explique Lisa-Anne Lessard, directrice du développement au sein de Rugby Québec.

Des critères de retour ont été discutés en groupe avec le Vert & Or. Parmi ceux-ci, on compte un nombre minimal d’athlètes devant se présenter au camp d’entraînement. Alors que le nombre de sélections finales devra s’élever à 30, au moins 40 étudiantes-athlètes devront participer au camp d’entraînement. « Nous en avons déjà une bonne partie qui ont confirmé leur présence, mais ce serait spectaculaire d’en avoir 50 et, surtout, ça enverrait un message fort que le programme répond à un réel besoin des athlètes », mentionne l’entraîneur-cheffe.

Les rugbyeuses sélectionnées devront également avoir réussi des tests physiques rigoureux en deux phases. La première, pour évaluer la condition physique générale des athlètes ; la deuxième étant plus spécialisée à la position sur le terrain et le poste occupé par chacune.

Le club sportif devra également maintenir, comme il le faisait lors des années précédentes, ses activités saines : afficher un budget positif, garantir le recrutement et la pérennité de son club, en plus de s’assurer de la sécurité de ses athlètes.

De nouvelles bases solides sur lesquelles bâtir un avenir fort à Sherbrooke

Bien que le défi qu’elles auront à surmonter s’annonce tumultueux, les athlètes qui feront partie de l’équipe des Valkyries se disent confiantes et attendent avec impatience le début des activités. Depuis plusieurs années, au sein de la troupe féminine, un comité d’athlètes est formé pour remplir les obligations administratives du club. Sociofinancement, commandites, communications, implications bénévoles, recrutement et trésorerie sont tous menés à terme par des étudiantes-athlètes, en soutien à leur équipe d’entraîneurs. Cette dernière sera une fois de plus bonifiée par deux rugbyeuses retraitées du circuit universitaire, soit Pascale Claveau, ex-porte-couleur du Vert & Or, et Valérie Langevin, native de Sherbrooke et diplômée de l’Université de Montréal.

Étant très conscientes qu’il s’agira d’une année charnière pour elles, les membres du comité se rencontrent fréquemment pour s’assurer du bon déroulement de leur camp d’entraînement et de la saison qui en découlera. Les recrues auront notamment droit à des activités sociales entre les moments alloués aux entraînements afin qu’elles se sentent bienvenues au sein des mauves. La troupe d’Andi Smith se dit prête à faire ce qu’il faudra pour réintégrer le circuit universitaire, et ce, en ayant des bases encore plus fortes qu’avant.

Le comité de travail est persuadé que le rugby peut revenir à l’Université de Sherbrooke, mais les étudiantes-athlètes devront « répondre au rendez-vous des Valkyries ». Le camp d’entraînement des Valkyries de Sherbrooke débutera dès ce lundi 21 août et se terminera par un affrontement contre son université estrienne rivale, les Gaiters de l’Université Bishop’s.


Source image: Vert & Or

FORMER ET INFORMER / Le Collectif a pour mission de rapporter objectivement les actualités à la population et d’offrir une tribune à la communauté étudiante de Sherbrooke et ses associations. Toutes les déclarations et/ou opinions exprimées dans les articles ou dans le choix d’un sujet sont uniquement les opinions et la responsabilité de la personne ou de l’entité rédactrice du contenu. Toute entrevue ou annonce est effectuée et livrée dans un but informatif et ne sert en aucun cas à représenter ou à faire la promotion des allégeances politiques ou des valeurs éthiques du journal Le Collectif et de son équipe.