Mar. Fév 27th, 2024

Par Sophie Mottet 

Avez-vous déjà remarqué l’usage de bouteilles d’eau jetables dans vos émissions préférées? Le protagoniste conduit-il un VUS ou un vélo? Utilise-t-il des sacs en plastique ou des sacs réutilisables? Voyez-vous les personnages aller porter leur compost à la rue? Le manque de comportements écoresponsables dans les séries télé peut sauter aux yeux de certains, mais les écogestes ont-ils un rôle à jouer à l’écran? 

Chaque soir, un grand nombre de Québécois et Québécoises s’installent devant la télévision québécoise riche en séries télé aussi divertissantes les unes des autres. Bien qu’on visionne ces émissions pour décrocher de notre journée, l’influence que ces séries ont sur nous est bien plus grande que ce que l’on croit. Selon le Conseil québécois des événements écoresponsables (CQEER), les séries pourraient en faire plus du côté des écogestes afin d’influencer positivement le public.  

Des écogestes pour chaque situation 

Un rapport sur les écogestes à l’écran québécois publié par le Conseil québécois des événements écoresponsables (CQEER) a été publié dernièrement. L’équipe a analysé 20 épisodes de 10 différentes séries télé comme District 31, Toute la vie, La faille ou 5e rang. Le CQEER a dressé la liste des comportements nuisant à l’environnement, mais aussi des écogestes qui sont de plus en plus représentés. Le constat reste tout de même désolant : l’utilisation du VUS et des articles à usage unique est encore très présente. Aussi, les matières compostables et recyclables sont souvent mal triées et se retrouvent aux poubelles.  

À l’inverse, lorsque des comportements écoresponsables sont montrés à l’écran, ceux-ci sont souvent associés à des personnages étiquetés comme « grano » ou « écolo » alors que ces habitudes devraient être normalisées chez l’ensemble des personnages.  

Des solutions faciles et adaptables 

Il faut viser des solutions qui ne changeront pas le cours de l’histoire, il ne serait pas crédible de voir une policière faire une poursuite en autobus ! Cependant, elle pourrait troquer son contenant de café jetable par La Tasse de la Vague ou son propre contenant réutilisable. Dans les séries télé où on suit la vie d’une famille, il serait intéressant de voir les parents jeter les restants de table au compost et non à la poubelle. Dans le même ordre d’idée, une alimentation végétale et non seulement carnée ne changerait pas le scénario en soi. L’équipe de CQEER pointe du doigt les déchets qui disparaissent par magie, amplifiant la pensée que les gens ont lorsqu’ils se débarrassent d’un déchet. Il serait pertinent de voir le début et la fin de vie de l’utilisation des déchets (avec le bon tri !). 

La scénariste et productrice Mélanie S. Dubois croit que ce qu’on voit à l’écran a une influence sur nos comportements : « Les mots et les images ont des répercussions sur nos gestes au quotidien. C’est donc dès le scénario qu’on implante les graines pour un monde plus écoresponsable. » 

Les films de Hunger Games ont provoqué la folie du tir à l’arc auprès du public, à quand la folie du vélo après avoir vu un personnage de Stat pédaler jusqu’à l’hôpital ? 

Pour lire le rapport du CQEER  


Crédit image @Éric Myre

FORMER ET INFORMER / Le Collectif a pour mission de rapporter objectivement les actualités à la population et d’offrir une tribune à la communauté étudiante de Sherbrooke et ses associations. Toutes les déclarations et/ou opinions exprimées dans les articles ou dans le choix d’un sujet sont uniquement les opinions et la responsabilité de la personne ou de l’entité rédactrice du contenu. Toute entrevue ou annonce est effectuée et livrée dans un but informatif et ne sert en aucun cas à représenter ou à faire la promotion des allégeances politiques ou des valeurs éthiques du journal Le Collectif et de son équipe.