Ven. Fév 3rd, 2023

Par Simon Arseneault

Le jour du dépassement de la Terre se caractérise comme étant la journée où l’humanité a consommé l’ensemble des ressources produites par la planète annuellement. Les causes derrière le dépassement hâtif sont nombreuses. On peut déceler des pratiques telles que la surpêche, la déforestation ou la consommation de combustibles fossiles. Elles jouent un rôle important dans le calcul du jour du dépassement.

Le calcul

En effet, selon l’ONG Global Footprint Network, pour déterminer la journée du dépassement, il faut « calculer en divisant la biocapacité de la planète (en hectares globaux) par l’empreinte écologique de l’humanité (en hectares globaux) et en multipliant le tout par le nombre de jours d’une année, soit 365 ». On peut ainsi découvrir la date exacte où l’humanité a épuisé les ressources qui ne peuvent se régénérer avant la nouvelle année. Autrement dit, cette équation permet de savoir de combien de planètes aurait besoin l’humanité pour répondre à ses demandes actuelles.

On remarque, depuis 1970, une augmentation prépondérante de l’indice du jour du dépassement. De même, on constate que plus les années avancent, plus tôt la date du dépassement est atteinte. Ceci peut s’expliquer par plusieurs phénomènes, comme notre rapport à la consommation, la démographie mondiale en constante augmentation, l’industrialisation ou même, les relations entre certains pays.

En 1970, le jour du dépassement était atteint après 363 jours, démontrant que l’humanité, selon son empreinte écologique, subsistait avec les ressources d’une planète. En 2022, on constate qu’il y a un avancement du jour du dépassement. Après 209 jours, l’humanité avait déjà atteint son paroxysme sur l’ensemble des ressources de la Terre. Ainsi, il faudrait plus d’une planète pour subvenir à nos besoins, d’après les informations d’Earth Overshoot Day.

L’impact de la COVID-19

Il devient alors intéressant de constater qu’il n’y a jamais eu de véritable recul du jour du dépassement. Cependant, l’année 2020, marquée par la pandémie de la COVID-19, est une donnée aberrante. Les gouvernements ont opté pour des mesures inexorables, conduisant au ralentissement économique des sociétés. Des mesures qui ont engendré, par le fait même, le premier recul observé en lien à la date du jour du dépassement.

Avec ces faits, on comprend que l’activité humaine exerce une grande pression sur la planète. Si l’on veut continuer de faire reculer le jour du dépassement, il faut réfléchir à notre système actuel et nos méthodes de consommation afin d’adopter un modèle durable de société.


Crédit image @Hello I’m Nik

FORMER ET INFORMER / Le Collectif a pour mission de rapporter objectivement les actualités à la population et d’offrir une tribune à la communauté étudiante de Sherbrooke et ses associations. Toutes les déclarations et/ou opinions exprimées dans les articles ou dans le choix d’un sujet sont uniquement les opinions et la responsabilité de la personne ou de l’entité rédactrice du contenu. Toute entrevue ou annonce est effectuée et livrée dans un but informatif et ne sert en aucun cas à représenter ou à faire la promotion des allégeances politiques ou des valeurs éthiques du journal Le Collectif et de son équipe.