Ven. Fév 3rd, 2023

Par Mély-Anne Paradis 

Le Frigo Free Go est un regroupement étudiant ayant pour mission de lutter contre le gaspillage alimentaire et de sensibiliser la communauté étudiante à cet effet. Œuvrant sur les trois campus de l’Université de Sherbrooke, ce groupe fait réellement la différence à sa façon.  

Les Frigos Free Go sont des stations libre-service où il est possible de déposer ou de prendre gratuitement des aliments chaque jour. Afin de permettre au plus grand nombre de gens d’en bénéficier, chaque personne étudiante a droit à un maximum de cinq aliments (ou de portions d’aliments) par jour. Au campus principal, ces réfrigérateurs sont situés au Pavillon des affaires étudiantes (E1) à l’étage 0, près de la clinique de santé. Il y a aussi des réfrigérateurs libre-service sur le campus de la santé et le campus de Longueuil.  

Actuellement, deux principaux écopartenaires fournissent au regroupement leurs invendus quotidiens nous permettant de remplir les réfrigérateurs, soit le Marché végétarien Jacques-Cartier (du lundi au vendredi) ainsi que la COOP Alentour (le vendredi). La quantité des dons varie chaque jour, pouvant atteindre fréquemment des centaines de livres de nourriture sauvées.  

Le Frigo Free Go publie quotidiennement sur ses pages Facebook et Instagram des photos des récoltes. Ce service est très populaire auprès des personnes étudiantes, au point où les réfrigérateurs se vident généralement en moins de quelques heures. Leur remplissage se fait à des heures variables, selon la disponibilité des bénévoles. Les personnes étudiantes doivent donc passer fréquemment voir si de la nourriture y a été déposée. Bien que certains se désolent lorsqu’il ne reste plus rien, c’est tout de même synonyme que la mission du Frigo Free Go est accomplie, en évitant que ces aliments se retrouvent dans les bennes à ordures.  

Une structure éprouvée pour une action efficace 

Les bénévoles sont les piliers qui rendent possible cette initiative étudiante. D’abord, des pilotes vont ramasser chaque jour les bacs de nourriture chez les écopartenaires, pour les déposer ensuite sur les campus. Ensuite, les aides au déchargement pèsent et déposent la nourriture dans les réfrigérateurs. Enfin, des bénévoles passent chaque jour nettoyer les frigos afin d’en assurer la salubrité. En plus de l’équipe terrain, un conseil exécutif assure le bon fonctionnement du Free Go. Cela passe par la gestion des bénévoles et des écopartenaires, la promotion de la mission, l’organisation d’activités de sensibilisation, le développement de nouveaux partenariats et la gestion des médias sociaux.     

Depuis le début de la session, la priorité est le recrutement de bénévoles, car il y a beaucoup de mouvement au sein de l’équipe en raison de la vie universitaire chargée des personnes étudiantes. La mobilisation est fondamentale pour assurer la pérennité des remplissages quotidiens ainsi que le développement de nouveaux projets. D’ailleurs, certains postes sont toujours à combler ; le Frigo Free Go cherche un pilote régulier les jeudis, des pilotes remplaçants, ainsi qu’une personne responsable aux communications pour animer quotidiennement les réseaux sociaux et sensibiliser les gens au gaspillage.  

Visibilité et popularité 

Le regroupement aspire cette session-ci à continuer de se faire connaître auprès de la communauté étudiante, notamment en participant à des kiosques dans différentes associations. Le 13 octobre dernier s’est d’ailleurs tenu un kiosque à la cafétéria du Pavillon des sciences dans le cadre de la semaine de la joie organisée par l’Association générale étudiante en science (AGES). Le Free Go aimerait bien tenir des kiosques similaires dans d’autres associations éventuellement. 

Un autre moyen efficace de se faire connaître est de continuer les collaborations avec différents médias, comme Le Collectif ou CFAK. Par ailleurs, le Frigo Free Go a aussi été sollicité par Radio-Canada pour un reportage sur la précarité alimentaire chez les personnes étudiantes, publié le 27 septembre dernier. Une collaboration est aussi à venir avec URBANIA pour faire connaître les différentes initiatives étudiantes visant à lutter contre le gaspillage alimentaire sur les différents campus.  

Enfin, comme le regroupement gagne en popularité et que la précarité alimentaire est un enjeu actuel chez les personnes étudiantes, il serait idéal de trouver de nouveaux écopartenaires permettant à encore plus de membres de la communauté de bénéficier des invendus quotidiens. Cependant, comme le nombre de bénévoles est actuellement limité, il pourrait être ardu de trouver encore plus de gens pour aller chercher les récoltes et les décharger.  

Le Free Go est très ouvert aux suggestions de partenariats et aux opportunités pour recueillir davantage de dons alimentaires. Il encourage d’ailleurs les personnes bénéficiant du projet à écrire au comité exécutif si elles connaissent des propriétaires d’entreprises qui pourraient avoir de l’intérêt à offrir leurs invendus. La mobilisation est au cœur des initiatives communautaires telles que les frigos libre-service, et c’est ce qui fait la beauté du projet. Chaque personne qui a envie d’y mettre du sien et d’apporter ses idées est la bienvenue.  

L’indispensabilité des initiatives contre le gaspillage alimentaire 

Les initiatives ayant pour but de réduire le gaspillage alimentaire sont nécessaires et pertinentes, considérant l’ampleur du débordement des sites d’enfouissement de la province. En effet, selon une étude récente de Recyc-Québec, 39 % des résidus alimentaires retrouvés dans les sites d’enfouissement sont comestibles. Les fruits et légumes représentent les aliments les plus jetés par le peuple québécois, ce que le Free Go reçoit en grande majorité comme type de dons. De plus, les ménages québécois sont ceux qui gaspillent le plus (28 %), devançant ainsi les commerces détail (22 %) et les industries de transformation alimentaires (14 %). Annuellement, 339 198 tonnes de nourriture sont gaspillées par les ménages. Ces statistiques sont très alarmantes, il importe de se conscientiser par rapport à cet enjeu.  

En 2021, le Free Go a pu sauver 34 013 livres de nourriture et les redistribuer aux personnes étudiantes. En cette période d’inflation et de crise climatique, sauver des aliments est aussi bénéfique pour le portefeuille que pour l’environnement. La raison d’être du Free Go est plus pertinente actuellement que jamais. 

Envie de faire la différence ? Implique-toi ! 

Facebook : Frigo Free Go – Université de Sherbrooke 

Instagram : @frigofreego_udes 


Crédit image @Mély-Anne Paradis

FORMER ET INFORMER / Le Collectif a pour mission de rapporter objectivement les actualités à la population et d’offrir une tribune à la communauté étudiante de Sherbrooke et ses associations. Toutes les déclarations et/ou opinions exprimées dans les articles ou dans le choix d’un sujet sont uniquement les opinions et la responsabilité de la personne ou de l’entité rédactrice du contenu. Toute entrevue ou annonce est effectuée et livrée dans un but informatif et ne sert en aucun cas à représenter ou à faire la promotion des allégeances politiques ou des valeurs éthiques du journal Le Collectif et de son équipe.