Dim. Mai 26th, 2024

Par William Thériault

Petteri Orpo, 53 ans, est devenu le nouveau premier ministre de la Finlande le dimanche 2 avril dernier, à la suite d’élections législatives extrêmement serrées entre trois personnes candidates. Dirigeant d’un parti de centre droit, il succède à Sanna Marin, qui était devenue la plus jeune cheffe du gouvernement de l’histoire du pays en 2019.

Avec 20,8 % du scrutin général, Orpo et le Parti de la coalition nationale ont tout juste battu leurs deux rivales, soit Riikka Purra du Parti des Finlandais (20,1 %) et Sanna Marin du Parti social-démocrate (19,9 %). C’est donc dire que le centre droit a été préféré de justesse à ce que des observateurs qualifient comme un parti nationaliste d’extrême droite, considérant que les deux formations ont respectivement obtenu 48 et 46 sièges au Parlement.

« C’est une grande victoire », s’est exclamé le nouvel élu, anciennement vice-premier ministre, puis ministre de l’Intérieur et des Finances, devant la foule partisane. « Nous allons commencer les négociations pour un gouvernement en Finlande », a-t-il ajouté, rapportait l’Agence France-Presse.

Typiquement, les démarches pour former une coalition dans cet État scandinave peuvent durer des semaines, voire des mois. Petteri Orpo, qui s’est engagé à mener cette tâche à bien, a maintenant l’option de pencher vers la gauche ou la droite pour consolider sa place au pouvoir.

« Félicitations au vainqueur des élections, félicitations à la Coalition nationale, félicitations au parti des Finlandais, la démocratie a parlé », a pour sa part réagi Sanna Marin, reconnaissant sa défaite. Le Parti du centre (11 %), l’Alliance de gauche (7 %) et la Ligue verte (7 %) sont venus compléter le portrait, récoltant à eux trois un total de 47 sièges.

Adhésion à l’OTAN

Les élections législatives coïncidaient avec l’adhésion de la Finlande à l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (OTAN), qui en avait fait la demande en 2022. Le 4 avril, deux jours après le dévoilement du scrutin populaire national et précisément 74 ans après la formation de cette importante alliance militaire occidentale, la Finlande est donc devenue le 31e pays à en rejoindre les rangs.

Cette décision a largement été influencée par l’invasion des troupes russes en Ukraine. La Finlande, qui partage une frontière terrestre de 1 300 kilomètres avec la Russie, avait fait parvenir sa demande à l’organisation internationale sensiblement en même temps que son autre voisin, la Suède.

« C’est bien sûr un grand jour pour la Finlande […] C’est aussi une bonne chose pour l’OTAN », a commenté le ministre finlandais de la Défense Antti Kaikkonen, comme l’a rapporté Radio-Canada.

Le secrétaire d’État américain, Antony Blinken, s’est aussi réjoui après avoir accepté la remise des documents officiels permettant de compléter la procédure. « Je suis tenté de dire que c’est peut-être la seule chose pour laquelle on peut remercier Poutine, parce qu’il a, une fois de plus, précipité quelque chose qu’il disait vouloir éviter en agressant l’Ukraine », a-t-il soutenu.

« La Finlande est maintenant en sécurité », a ajouté le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, soulignant que son groupe constituait désormais « 50 % de la puissance militaire mondiale ».


Crédit image @Facebook de Petteri Opro

FORMER ET INFORMER / Le Collectif a pour mission de rapporter objectivement les actualités à la population et d’offrir une tribune à la communauté étudiante de Sherbrooke et ses associations. Toutes les déclarations et/ou opinions exprimées dans les articles ou dans le choix d’un sujet sont uniquement les opinions et la responsabilité de la personne ou de l’entité rédactrice du contenu. Toute entrevue ou annonce est effectuée et livrée dans un but informatif et ne sert en aucun cas à représenter ou à faire la promotion des allégeances politiques ou des valeurs éthiques du journal Le Collectif et de son équipe.