Lun. Avr 22nd, 2024

Par Carolanne Boileau  

La campagne électorale tire déjà à sa fin. Le 3 octobre prochain, les Québécoises et les Québécois se rendront aux urnes pour élire leur futur gouvernement. Pour vous aider à faire votre choix, Le Collectif s’est entretenu avec Christine Labrie, députée sortante dans Sherbrooke.  

Interrogée sur le déroulement de sa campagne jusqu’à maintenant, la candidate de Québec solidaire dans Sherbrooke assure que cela se déroule très bien à ses yeux. « La mobilisation est très forte, on a encore plus de bénévoles qu’en 2018 » dit-elle. Candidate pour la seconde élection dans la circonscription de Sherbrooke, Mme Labrie profite d’une forte présence sur le terrain et, principalement, sur le campus universitaire.  

Les valeurs qui la guident 

La députée sortante de Québec solidaire a pris goût à la politique en 2017. À l’époque, elle s’était présentée aux élections municipales et assure aujourd’hui que c’était l’élément déclencheur de son implication politique. La raison qui l’a motivée à se présenter comme candidate sous la bannière solidaire en 2018 est simple : elle y voyait une affinité de valeurs. « Le parti milite pour un projet de société auquel j’aspire », ajoute-t-elle en mentionnant que ce sont des valeurs telles que l’environnement, l’équité et la justice sociale qui l’ont poussée à se lancer en politique active. 

Sans grande surprise pour les personnes suivant minimalement la politique sur la scène québécoise, Québec solidaire met l’enjeu de l’environnement au cœur de ses priorités. Cependant, en discutant avec Mme Christine Labrie, Le Collectif a pu en apprendre plus sur les enjeux qui guident sa campagne aux niveaux local et national. Pour ce qui est des enjeux sherbrookois, la candidate met l’accent sur la crise du logement. Selon elle, c’est une situation très critique à travers le Québec et particulièrement à Sherbrooke. Ailleurs au Québec, le plan de Québec solidaire est également bien clair. « Au niveau national, nous avons deux dossiers majeurs auxquels nous souhaitons consacrer plus d’importance ; la lutte aux changements climatiques et le vieillissement de la population », explique Mme Labrie.  

Du côté de l’environnement, la candidate solidaire rappelle que son parti a un plan majeur et que celui-ci touche à tous les volets. L’un des principaux morceaux auxquels ce plan s’attaque concerne notamment le domaine des transports. Les propositions de politiques en matière de transport vont assez loin, car « c’est là que se trouvent les GES », explique Mme Labrie en entrevue. Au sein de son plan, Québec solidaire promet d’implanter une taxe sur les véhicules ultrapolluants et établit l’échéance à 2 030 pour le retrait des véhicules à essence des routes. Au-delà de cet enjeu, on peut également retrouver des propositions en matière d’agriculture et des modifications au sein du code du bâtiment dans sa plateforme.  

Un appui favorable de la part des jeunes  

Québec solidaire est souvent désigné comme le parti qui sait le mieux rejoindre la population plus effacée, les jeunes. Depuis le début de la campagne, on peut voir qu’il réussit à mobiliser une grande proportion de jeunes à travers le Québec. Cet électorat pèse lourd dans la balance et est d’autant plus important lorsque, comme Mme Labrie, une personne candidate se présente dans une circonscription comme Sherbrooke. Le vote de la communauté étudiante à Sherbrooke influence grandement les résultats de l’élection, celui-ci s’avère donc fondamental pour le candidat ou la candidate qui aspire à obtenir ce siège à l’Assemblée nationale.  

Questionnée sur les tactiques mises en place pour rejoindre les plus jeunes, la députée sortante de Sherbrooke mentionne que plusieurs aspects les aident à raisonner chez l’électorat qui est âgé de 18 à 34 ans. « On rejoint ces personnes en étant présents sur le campus, on les informe des modalités de vote sur le campus et surtout, on les sensibilise », explique Mme Labrie. Selon elle, les jeunes représentent une part très importante de l’électorat. Ils ont un pouvoir important, ils peuvent être un réel levier sur la scène politique, mais ne font malheureusement pas usage de cet avantage. 

Selon la candidate, il est clair que toutes les générations doivent prendre part au processus démocratique. Malheureusement, plusieurs ne prennent pas en considération les besoins des jeunes, car plusieurs d’entre eux ne votent pas. C’est notamment pour cette raison que Québec solidaire veut rejoindre cet électorat pour les sensibiliser à utiliser leur pouvoir et surtout, voir la force du nombre. Mme Labrie a soutenu que si elle pouvait lancer un message aux jeunes électeurs et électrices, ce serait celui-ci : « prenez le pouvoir que vous avez et ne laissez pas les autres décider à votre place, car c’est votre avenir, vous êtes des citoyens à part entière et les jeunes ont leur mot à dire dès maintenant ». 

Il faudra suivre les derniers jours de la campagne Mme Labrie de près puisque la course dans la circonscription de Sherbrooke s’avère être une chaude lutte. Le 3 octobre prochain, la population sherbrookoise saura qui ira les représenter entre les murs du Salon bleu.  


Crédit image @Facebook Christine Labrie

FORMER ET INFORMER / Le Collectif a pour mission de rapporter objectivement les actualités à la population et d’offrir une tribune à la communauté étudiante de Sherbrooke et ses associations. Toutes les déclarations et/ou opinions exprimées dans les articles ou dans le choix d’un sujet sont uniquement les opinions et la responsabilité de la personne ou de l’entité rédactrice du contenu. Toute entrevue ou annonce est effectuée et livrée dans un but informatif et ne sert en aucun cas à représenter ou à faire la promotion des allégeances politiques ou des valeurs éthiques du journal Le Collectif et de son équipe.