Dim. Mai 26th, 2024

Par Élodie Roy 

La Ligue professionnelle de hockey féminin (LPHF) est enfin une réalité après des années d’attente. Cette nouvelle ligue comptera six équipes, dont une à Montréal, et débutera ses activités en janvier 2024 avec un calendrier de 24 matchs en saison régulière.  

Le processus de création de la LPHF est déjà en branle depuis plusieurs années, et s’est avéré laborieux. Tout a commencé après la fermeture de la Ligue canadienne de hockey féminin (CWHL) en 2019, alors que les joueuses n’étaient pas satisfaites des conditions de travail dans les autres ligues. Elles se sont donc regroupées pour former une association des joueuses, qui a ultimement mené à l’aboutissement de la LPHF. Le projet a débuté il y a trois ans, alors que les athlètes se sont assurées de sa faisabilité en menant des études de marché et en collaborant avec le cabinet Deloitte. 

La ligue sera soutenue financièrement par Mark Walter, propriétaire des Dodgers de Los Angeles, et Billie Jean King, une icône du tennis. Brian Burke, ancien directeur général dans la Ligue nationale de hockey (LNH), sera le directeur exécutif de la LPHF. 

Déroulement de la première saison 

Le calendrier de la ligue débutera en novembre à partir de la saison 2024-25 et comportera 32 matchs au total. Bien que l’identité des six villes fondatrices soit connue, de nombreux détails restent à être annoncés, tels que les noms des équipes, les lieux où elles joueront leurs matchs locaux ainsi que les personnes à la tête des organisations (entraîneurs, directions générales, etc.). 

La période initiale de recrutement d’agentes libres débutera le 1er septembre et durera jusqu’au 10 septembre. Chacune des six formations pourra engager trois joueuses en leur offrant des contrats types de joueuses. Les joueuses évoluant actuellement dans les programmes de la NCAA ou au sein de U Sports ne seront pas admissibles pour cette période de recrutement. 

La majorité des joueuses seront sélectionnées lors d’un repêchage le 18 septembre. Chaque formation pourra signer jusqu’à 20 contrats types de joueuse avant le début des camps d’entraînement, qui commenceront le 13 novembre. Les équipes seront constituées d’un maximum de 23 joueuses. 

L’évolution du hockey féminin 

La création de la LPHF marque le début d’une ère où les joueuses professionnelles de hockey féminin seront traitées comme telles. Le salaire annuel moyen des joueuses sera de 55 000 $ US, avec six patineuses par club gagnant plus de 80 000 $ US annuellement. De plus, la ligue offrira des avantages tels que des amphithéâtres modernes, des soigneurs, des installations de haute qualité, des congés de maternité, des assurances et de l’aide au logement. 

Pour les joueuses comme Ann-Renée Desbiens, gardienne de but originaire de La Malbaie, ce projet représente un pas en avant majeur pour le hockey féminin. Les athlètes pourront enfin vivre de leur passion et évoluer dans des conditions professionnelles dignes de leur talent. La LPHF offre un avenir prometteur pour le hockey féminin, et les joueuses, les partisans et les investisseurs sont impatients de voir ce que l’avenir réserve à cette nouvelle aventure sportive. 


Source: Comité olympique canadien

FORMER ET INFORMER / Le Collectif a pour mission de rapporter objectivement les actualités à la population et d’offrir une tribune à la communauté étudiante de Sherbrooke et ses associations. Toutes les déclarations et/ou opinions exprimées dans les articles ou dans le choix d’un sujet sont uniquement les opinions et la responsabilité de la personne ou de l’entité rédactrice du contenu. Toute entrevue ou annonce est effectuée et livrée dans un but informatif et ne sert en aucun cas à représenter ou à faire la promotion des allégeances politiques ou des valeurs éthiques du journal Le Collectif et de son équipe.