Mar. Fév 27th, 2024

Par Hugo Prevosto  

La langue française regorge d’une riche histoire au Québec. Symbole d’une nation, marqueuse culturelle et fierté nationale, la langue de Molière pourrait aujourd’hui être rebaptisée « langue de Tremblay » (Michel), « langue de Laferrière » (Dani) ou encore « langue de Thuy » (Kim) tant les nombreuses autrices québécoises et les nombreux auteurs québécois ont su se l’approprier pour lui faire raconter une histoire propre à la Belle Province.  

Au-delà des textes et de l’écriture, le français du Québec est aussi unique dans sa forme orale. Ce bagage linguistique est riche en histoires, en souvenirs et en découvertes. Un patrimoine que le Fonds de données linguistiques du Québec (FDLQ) s’est donné comme mission de mettre en valeur, de faire découvrir et de conserver par le biais d’un projet réalisé par le Centre de recherche interuniversitaire sur le français en usage au Québec (CRIFUQ) de l’Université de Sherbrooke sous la direction du Pr Wim Remysen.  

Le FDLQ, qu’est-ce que c’est? 

Concrètement, le FDLQ est le fruit d’une collecte de données réalisée sur plusieurs décennies grâce à laquelle il est possible d’observer l’évolution de la langue française au Québec. Ces données, collectées au moins depuis les années 1960, sont réunies sous forme de corpus et rendues disponibles au public sur le site internet du FDLQ. Grâce à ces ensembles de données, il est possible de constater les particularités langagières propres à un territoire, à une époque ou à une culture.  

Comme cela est expliqué sur le site internet du FDLQ, c’est dans la mise à jour de certains corpus par le CRIFUQ que le projet trouve son origine. Réalisant que plusieurs corpus avaient été constitués avant l’avènement du numérique, l’actualisation de ceux-ci s’est révélée une opportunité de pérenniser ce contenu et de le mettre au service des générations futures.  

Rendre les corpus accessibles à tous et pour tous 

La plateforme du FDLQ répond d’ailleurs au principe de science ouverte et elle encourage le partage et l’utilisation des données à diverses fins, dont la recherche et l’enseignement. Toutefois, il est à noter que le respect des droits d’auteur revêt un caractère primordial. Si certaines données sont complètement libres de droits, d’autres ne permettent qu’une consultation partielle alors qu’un troisième ensemble ne peut être consulté que dans le cadre de projets de recherche faisant l’objet d’une entente avec le FDLQ.  

Afin de s’inscrire dans l’ère du numérique et favoriser la diffusion de son contenu, le FDLQ a rendu disponible une série de capsules vidéo visant à présenter les différents corpus. Toute cette documentation est facilement accessible sur le site internet du Fonds. Au total, ce sont 18 corpus qui sont accessibles sous forme textuelle, métalinguistique, orale et dialectologique, parmi lesquels quatre sont libres de droits.  

Chacun de ces corpus est une opportunité de découvrir l’histoire et la culture québécoise au travers de l’évolution d’une langue elle-même riche en histoire et en transformation. D’ailleurs, la langue de Tremblay, Laferrière, Thuy et bien d’autres est en constante évolution et continue de cristalliser les assises de la société québécoise d’hier à demain.  


Source: Canva

FORMER ET INFORMER / Le Collectif a pour mission de rapporter objectivement les actualités à la population et d’offrir une tribune à la communauté étudiante de Sherbrooke et ses associations. Toutes les déclarations et/ou opinions exprimées dans les articles ou dans le choix d’un sujet sont uniquement les opinions et la responsabilité de la personne ou de l’entité rédactrice du contenu. Toute entrevue ou annonce est effectuée et livrée dans un but informatif et ne sert en aucun cas à représenter ou à faire la promotion des allégeances politiques ou des valeurs éthiques du journal Le Collectif et de son équipe.