Mar. Juil 16th, 2024

Par Elizabeth Gagné 

Du 14 au 25 mai a eu lieu le 77e Festival de Cannes qui célèbre le cinéma à travers le monde entier. Deux semaines de glamour où des célébrités foulent les fameuses marches du tapis rouge du grand Théâtre Lumière où se déroule les festivités. Pour vous mettre à jour sur les différents évènements qui ont marqué cette édition ou tout simplement pour vous informer sur le déroulement de ce festival mythique, cet article est pour vous 

Tout d’abord, il faut savoir que le Festival de Cannes a pour but, comme l’explique le directeur général, Thierry Frémaux, « de révéler et de mettre en valeur des œuvres de qualité pour servir l’évolution du cinéma, favoriser le développement de l’industrie du film et célébrer le septième art à l’international ». Cette année, plus de 22 films ont été sélectionnés dans la compétition Longs Métrages afin de compétitionner pour le meilleur film en Sélection officielle et ainsi recevoir la fameuse palme d’or. Cette récompense est également décernée pour le meilleur court métrage. Trois autres catégories de prix sont remises durant cette soirée : Un Certain Regard, la Caméra d’or et La Cinef. Chacune de ces catégories a son propre jury.  

Cette année, le jury pour la Sélection officielle des Longs Métrages n’a été présidé par nul autre que Greta Gerwig, réalisatrice du fameux film Barbie ainsi que Lady Bird et Les Filles du docteur March. Elle a été honorée lors de la cérémonie d’ouverture, le 14 mai dernier, avec une prestation surprise de la part de l’artiste française Zaho de Sagazan qui a repris la chanson Modern Love de David Bowie. Une performance authentique devenue virale puisqu’elle a ensuite enregistré cette reprise qui est maintenant accessible sur diverses plateformes de musique, dont Spotify.  

Au sein du jury, on retrouvait également la scénariste et photographe turque Ebru Ceylan, l’actrice autochtone américaine Lily Gladstone, l’actrice Eva Green, la réalisatrice et scénariste libanaise Nadine Labaki, le producteur, scénariste et réalisateur espagnole Juan Antonio Bayona, l’acteur italien Pierfrancesco Favino, le réalisateur japonais Kore-eda Hirokazu ainsi que l’acteur et producteur Omar Sy. Un jury dont on peut souligner la diversité.  

Cérémonie d’ouverture 

Plusieurs moments forts ont caractérisé ce 77e Festival de Cannes. Lors de la cérémonie d’ouverture animée par l’actrice française Camille Cottin, une invitée de marque était au rendez-vous afin de recevoir une Palme d’or d’honneur. Plus de 35 années se sont écoulées depuis sa dernière apparition à Cannes alors qu’elle recevait le prix d’interprétation pour son rôle dans Un cri dans la nuit. Il s’agit de la grande Meryl Streep. Pour rendre hommage à cette actrice intemporelle, Juliette Binoche a délivré un discours rempli d’émotion en son honneur.  

L’entrée de Meryl Streep sur scène a suscité de longs applaudissements, témoignant de la notoriété de l’actrice et de la reconnaissance de ses pairs. Lorsque Juliette Binoche a été prise d’émotion en délivrant son discours, la voix de l’actrice s’est brisée quand elle a fait l’éloge du talent de Meryl Streep qui incarne souvent des femmes fortes dans ses rôles au cinéma. Soutenue par le public, Juliette Binoche a finalement remercié Meryl Streep pour avoir « changer notre façon de voir les femmes dans le monde du cinéma ». 

Cérémonie de clôture 

La cérémonie de clôture a également été marquée par plusieurs évènements. Pour le prix de l’interprétation féminine, le jury a décidé de le donner à l’ensemble des actrices du film Emilia Pérez soit Selena Gomez, Zoe Saldana, Adriana Paz et Karla Sofia Gascon. Ce moment fort en émotion a fait les manchettes puisqu’en plus d’être la première actrice transgenre à recevoir ce prix, elle a porté plainte contre la politicienne de droite Marion Maréchal pour son tweet jugé transphobe.  Autre évènement marquant de la soirée, la présidente du jury de la Cinef et des courts métrages, Lubna Azabal, a dénoncé la situation à Gaza en présentant le prix de la palme d’or du meilleur court métrage et a demandé que « tous les otages soient libérés sur le champ et sans condition et un cessez-le-feu immédiat ». 

Dans cette même veine, le jury a également décidé de remettre un prix spécial au réalisateur iranien Mohammad Rasoulof pour son film The seed of the sacred figue. Ce dernier a réussi à fuir l’Iran où il était menacé. Lors de son discours de remerciement, Mohammad Rasoulof a exprimé ses pensées à tous les membres de son équipe retenus en Iran. Consciencieux, M. Rasoulof exprime que son « peuple iranien vit sous un régime totalitaire qui l’a pris en otage » et que « les artistes, les journalistes, les cinéastes et les universitaires sont tous dans les joules iraniens ». 

Sur une note plus légère, au cours de cette soirée, un hommage a été rendu au créateur de la plus grande saga de science-fiction, George Lucas pour Star Wars. Il a été accueilli sous une pluie d’applaudissements alors qu’un ami de longue date attendait en coulisses pour lui faire la surprise et lui remettre la palme d’or d’honneur.  Le réalisateur Francis Ford Coppola, une légende du cinéma, a descendu les marches à la grande surprise de George Lucas. Les deux amis se sont serrés dans les bras, heureux de se revoir, ce qui a donné un des moments touchants de la soirée. 

Plus qu’un simple tapis rouge, le Festival de Cannes est aussi une vitrine sur ce qui se fait ailleurs dans le monde. Le cinéma nous permet parfois de nous évader de la réalité, mais parfois il sert aussi à nous ramener sur terre et à prendre conscience des enjeux qui nous entourent. Pour ceux qui désirent regarder les cérémonies d’ouverture et de clôture, sachez que vous pouvez les visionner en ligne sur YouTube grâce à la chaîne Brut.   


Source: Facebook

FORMER ET INFORMER / Le Collectif a pour mission de rapporter objectivement les actualités à la population et d’offrir une tribune à la communauté étudiante de Sherbrooke et ses associations. Toutes les déclarations et/ou opinions exprimées dans les articles ou dans le choix d’un sujet sont uniquement les opinions et la responsabilité de la personne ou de l’entité rédactrice du contenu. Toute entrevue ou annonce est effectuée et livrée dans un but informatif et ne sert en aucun cas à représenter ou à faire la promotion des allégeances politiques ou des valeurs éthiques du journal Le Collectif et de son équipe.

Cheffe de pupitre CULTURE

Étudiante à la maîtrise en histoire, Elizabeth a toujours été passionnée par les arts et la culture. Travaillant de pair avec ses collègues depuis 2022 à promouvoir le programme des Passeurs culturels à la faculté d’éducation, elle travaille également depuis un an au Centre culturel de l’Université de Sherbrooke. Intriguée par tout ce qui nous rend profondément humains, elle souhaite élargir et approfondir le sens de la culture en proposant des articles parfois hors normes.