Mer. Mai 29th, 2024

Par Raphael Gibo 

Je suis actuellement dans une maîtrise de droit international et politique internationale appliqués. Je suis arrivé à Sherbrooke en janvier dernier dans le cadre d’un échange avec l’Université Toulouse 1 Capitole dans laquelle j’étais inscrit en Master 1 de droit international. Durant cet échange, j’ai décidé de poursuivre mes études à l’Université de Sherbrooke cette année après avoir entendu parler de cette maîtrise, qui m’a particulièrement intéressée. J’ai aussi souhaité poursuivre mes études à l’Université de Sherbrooke en raison de la pédagogie et du cadre de vie.  

Cet échange lors de la session d’hiver était ma première expérience à l’international après avoir effectué l’entièreté de ma licence (baccalauréat) à Toulouse.  

Une acclimatation difficile  

Le premier élément de dépaysement a été la température dès que je suis sorti de l’aéroport à Montréal, qui était d’environ -10 °C à ce moment-là. Néanmoins, je me suis vite habitué à la météo hivernale au Québec, à l’exception des quelques journées en février où le thermomètre se rapprochait des -30 °C. De plus, cela m’a permis de profiter régulièrement des activités hivernales, en particulier du ski.  

Une adaptation culturelle à faire 

Ensuite, la grande ouverture d’esprit au Québec a été un choc culturel, mais de manière très positive. Je n’étais pas habitué à tutoyer des inconnus lors d’une première interaction, notamment en raison de ma mentalité juridique due à mon parcours. Avec du recul, c’est une bonne chose, car cela permet de rapprocher des personnes dès le début d’une conversation. 

Il y a aussi un choc culturel au niveau scolaire. En effet, les différences sont nombreuses dans l’enseignement entre la France et le Québec. J’ai été habitué à assister à des cours donnés dans des amphithéâtres avec plusieurs centaines de personnes en même temps, et, dans ce cadre, il était particulièrement compliqué de pouvoir discuter avec l’enseignant. À l’inverse, tous mes cours au Québec étaient en petit groupe d’une vingtaine de personnes. Il est donc plus facile de pouvoir discuter avec les enseignants ici, qui, par ailleurs, n’hésitent pas à rester un moment pour répondre à mes questions à la fin des cours. Personnellement, je considère qu’il y a un meilleur accompagnement par les enseignants au Québec. 

Étant donné que j’ai assisté à des cours de baccalauréat durant mon échange, j’ai hâte de découvrir les cours enseignés tout au long de cette année de maîtrise. 

Au-delà de cet aspect scolaire, j’ai été agréablement surpris par l’importance de la vie étudiante sur le campus de l’université, et notamment de l’existence des « 5 à 8 », permettant de faciliter l’intégration, mais aussi de l’importance des activités sportives avec le centre sportif particulièrement grand et doté de nombreux équipements. 

Ainsi, malgré certaines difficultés à mon arrivée, je suis particulièrement heureux de poursuivre mes études à Sherbrooke. 


Source: Libre de droits

FORMER ET INFORMER / Le Collectif a pour mission de rapporter objectivement les actualités à la population et d’offrir une tribune à la communauté étudiante de Sherbrooke et ses associations. Toutes les déclarations et/ou opinions exprimées dans les articles ou dans le choix d’un sujet sont uniquement les opinions et la responsabilité de la personne ou de l’entité rédactrice du contenu. Toute entrevue ou annonce est effectuée et livrée dans un but informatif et ne sert en aucun cas à représenter ou à faire la promotion des allégeances politiques ou des valeurs éthiques du journal Le Collectif et de son équipe.