Sam. Juin 15th, 2024

Par Gabrielle Goyet 

Il fait beau, il fait chaud, c’est signe que la saison estivale est à nos portes. Envie de faire changement et d’aller se dégourdir les jambes de l’autre côté de la frontière? Le pays de l’Oncle Sam regorge de sentiers époustouflants à découvrir à moins de quelques heures de voiture de Sherbrooke.  

Bordée par le Maine, le New Hampshire et le Vermont, l’Estrie possède un emplacement enviable pour des périples d’une journée ou deux chez nos voisins du sud. Que ce soit dans les Adirondacks ou dans les Appalaches, vous trouverez certainement un terrain de jeu adapté à vos désirs. 

Un sommet? 

Au Vermont, le mont Mansfield s’avère être un défi intéressant pour celles et ceux à la recherche d’aventure. Plus haute montagne de l’État, il vous faudra entre quatre et six heures pour culminer à 1 339 mètres d’altitude. Le mont Hunger, un peu plus au sud, est une alternative un peu plus courte qui vous offrira également de sublimes points de vue. 

À l’est, le mont Washington au New Hampshire est le point culminant du nord-est du pays, du haut de ses 1 917 mètres. Probablement l’ascension la plus exigeante de la région, il s’agit d’un défi même pour les randonneurs les plus chevronnés. Le mont Lafayette ne laisse pas non plus sa place, tant sur le plan de l’exigence que sur la splendeur. Pour une excursion (beaucoup) plus facile, le Table Rock de Colebrook est une option qui vous stupéfiera par son panorama. 

Si vous ne craignez pas la route, l’Acadia National Park au Maine est une alternative dans un tout autre registre. L’océan et le faible dénivelé en font un lieu de ressourcement plus apaisant, sans pour autant lésiner sur la beauté. Les sentiers frontaliers bordant l’Estrie sont aussi une possibilité intéressante. Ils vous offrent plusieurs sommets impressionnants à distance plus raisonnable de Sherbrooke, et n’exigent pas de passeport pour s’y rendre !

Une baignade? 

Êtes-vous plutôt de type relaxation près d’un plan d’eau ? Le lac Willoughby au Vermont est fait pour vous. Situé à 1 h 20 de Sherbrooke, vous pourrez y nager, y faire de la planche à pagaie ou encore y camper près des berges. Si vous souhaitez combiner les expériences, il est possible de gravir le mont Pigsah qui longe le plan d’eau. Le sentier principal, d’une longueur de 6.6 km, vous offrira une vue imprenable sur le lac d’un bout à l’autre. 

Si vous aimez mieux conjuguer visite urbaine et baignade, Burlington saura ravir votre cœur. Aux abords du lac Champlain, cette petite ville se prête facilement à l’exploration tant à pied qu’à vélo. En tant que capitale étudiante du Vermont, vous y trouverez aussi un bon nombre de restaurants et de bars, notamment au Church Street Marketplace. Évidemment, vous pourrez également profiter des quelques plages de la région. 

Quel que soit votre itinéraire de rêve, profitez-en bien ! 


Source: Courtoisie

FORMER ET INFORMER / Le Collectif a pour mission de rapporter objectivement les actualités à la population et d’offrir une tribune à la communauté étudiante de Sherbrooke et ses associations. Toutes les déclarations et/ou opinions exprimées dans les articles ou dans le choix d’un sujet sont uniquement les opinions et la responsabilité de la personne ou de l’entité rédactrice du contenu. Toute entrevue ou annonce est effectuée et livrée dans un but informatif et ne sert en aucun cas à représenter ou à faire la promotion des allégeances politiques ou des valeurs éthiques du journal Le Collectif et de son équipe.

Cheffe de pupitre SOCIÉTÉ pour le journal Le Collectif | Site web

Gabrielle est une étudiante à la maitrise en études politiques appliquées, cheminement recherche avec rédaction. Outre pour le côté académique, elle affectionne l’écriture pour l’aspect émancipateur de la chose.

Pour elle, c’est à la fois un défi et un divertissement d’être informée de tout ce qui se passe sur le campus. Autrefois Vice-Présidente aux affaires internes à la Fédération étudiante de l’Université de Sherbrooke (FEUS), elle n’en est pas à sa première fois lorsqu’on parle de couvrir les événements des divers campus de l’UdeS. Si elle adore échanger dans les 5 à 8, elle prend également un grand plaisir à fréquenter les activités culturelles et politiques de notre université. Étant très extravertie, c’est avec joie que Gabrielle se renseigne sur les projets étudiants développés au sein de sa communauté.