Mar. Fév 27th, 2024

Par Myriam Baulne 

Dans les dernières années, la réalité virtuelle a considérablement révolutionné l’univers du jeu vidéo et des échanges sociaux à distance. Le lancement du nouveau casque de réalité virtuelle immersif tout-en-un Meta Quest 2 en octobre 2020 marquait le début d’une nouvelle ère pour la réalité virtuelle, industrie depuis dominée par Meta (Facebook). Avec la fermeture des gyms en raison de la pandémie de COVID-19, qui a secoué la planète entière cette même année, les géants du jeu ont repoussé les limites: le but même de la réalité virtuelle est de bouger, certes, mais jusqu’où pouvons-nous pousser le mouvement? Le Collectif a testé quelques applications et abonnements fitness virtuels pour faire la lumière sur le phénomène. 

D’emblée, les casques de réalité virtuelle Meta (tout comme ses prédécesseurs, les casques Oculus) viennent avec une application gratuite nommée Move, un outil permettant de mesurer le nombre de calories brûlées lors de l’utilisation du casque et de se fixer des objectifs quotidiens, ainsi que de nombreuses autres informations pertinentes comme le rythme cardiaque et la durée totale passée en activité lors d’une période donnée. Cela permet d’évaluer la qualité d’activité physique liée à certains jeux, mais également de cumuler des données intéressantes lors de l’utilisation d’applications d’entraînement virtuel. 

Les jeux d’entraînement 

L’application d’entraînement pour RV la plus connue à ce jour demeure Supernatural, une plateforme d’entraînement solo sortie en avril 2020 qui offre plus de 500 entraînements différents, un accompagnement avec un entraîneur virtuel et une bibliothèque de musique continuellement mise à jour. Les entraînements, sous forme de jeux, varient de la boxe à l’aérobie, en passant par la relaxation et la méditation. L’environnement immersif est définitivement un attrait de l’application, qui offre une visualisation de l’entraînement qui est extrêmement ludique et rafraîchissante. Il est possible de faire l’essai de l’application gratuitement pendant deux semaines, après quoi l’abonnement coûte 229,86 $ par année, ou 25,47 $ par mois.  

L’application FitXR, quant à elle, est offerte à un coût plus abordable, soit 11,99 $ par mois ou 108,99 $ par année, et permet de jouer en mode multijoueur. Sa spécialité : la boxe, les entraînements HIIT et la danse. La plateforme est plus modeste, mais offre somme toute 7 nouveaux entraînements chaque semaine et une période d’essai gratuit d’une semaine. Ce n’est pas donné, mais pour quelqu’un qui désire s’entraîner de la maison et qui manque d’imagination ou de motivation pour rester dans la zone pendant ses entraînements, c’est définitivement une option qui mérite considération. 

Les jeux de rythme et de combat 

Ces jeux sont un incontournable de la réalité virtuelle et vous les connaissez sans doute sûrement déjà : Beat Saber, Pistol Whip, SUPERHOT, Boneworks, etc. Ces jeux, sans faire la promotion de leurs qualités niveau fitness, font définitivement bouger. Les jumeler à l’application Move permet de faire des constats étonnants ; une vingtaine de minutes de Beat Saber brûlent l’équivalent de 10 minutes sur l’exerciseur elliptique. Et pourtant, le temps semble passer à la vitesse de l’éclair ! 

Si le gym ne vous apporte pas la motivation que vous espérez, considérez vous tourner vers le jeu. Les possibilités sont nombreuses et se démultiplient chaque mois ! 


Crédit image @Supernatural

FORMER ET INFORMER / Le Collectif a pour mission de rapporter objectivement les actualités à la population et d’offrir une tribune à la communauté étudiante de Sherbrooke et ses associations. Toutes les déclarations et/ou opinions exprimées dans les articles ou dans le choix d’un sujet sont uniquement les opinions et la responsabilité de la personne ou de l’entité rédactrice du contenu. Toute entrevue ou annonce est effectuée et livrée dans un but informatif et ne sert en aucun cas à représenter ou à faire la promotion des allégeances politiques ou des valeurs éthiques du journal Le Collectif et de son équipe.

Directrice générale pour le Journal Le Collectif

Diplômée du baccalauréat en traduction professionnelle à l'Université de Sherbrooke depuis août 2021, Myriam travaille au journal depuis l'automne 2018. D'abord comme correctrice, elle a ensuite tenté sa main aux postes de cheffe de pupitre des sections campus (hiver et été 2020) et culture (automne 2020 et hiver 2021) avant d'obtenir le poste de directrice générale en avril 2021.

Amoureuse du journal et de son équipe, Myriam se fait un plaisir de pratiquer sa tâche de correctrice encore à ce jour et de mener Le Collectif et ses journalistes plus loin, session après session.