Lun. Fév 26th, 2024

Par Alexa Rahem 

Dre Magaly Brodeur, originaire de Sherbrooke, a eu l’immense honneur d’être nommée comme l’une des 100 femmes noires à surveiller au Canada en 2022 par le Canada International Black Woman Excellence (CIBWE) le 15 octobre dernier. Cette nomination bien méritée s’explique par le parcours exceptionnel de cette chercheuse clinicienne à l’institut universitaire de première ligne en santé et services sociaux (IUPLSS) et au Centre de Recherche du CHUS (RCHUS). 

Une femme multidiplômée très occupée! 

En 2004, Magaly Brodeur reçoit son premier diplôme universitaire, un baccalauréat en économie à l’Université de Sherbrooke. Son premier, et non son dernier, car elle a par la suite complété une maîtrise en histoire à l’UdeS, un doctorat en sciences humaines appliquées à l’Université de Montréal, pour finalement revenir à l’Université de Sherbrooke et décrocher son Doctorat en médecine familiale.  

Tous ses diplômes, Magaly Brodeur les utilise à bon escient puisqu’elle a orienté sa carrière vers la prise en charge ainsi que l’exploration des dépendances comportementales. Elle s’intéresse donc à tout ce qui se rattache aux jeux pathologiques et aux problématiques d’utilisation abusive d’internet. Dernièrement, Dre Brodeur et son équipe en étaient à la finalisation d’un guide pratique des médecins canadiens pour la prise en charge du « jeu pathologique », un projet financé par le Collège des médecins de famille du Canada (CMFC). 

Mais Dre Brodeur ne se limite pas qu’à sa clinique et son centre de recherche. On peut la retrouver sur plusieurs comités, comme le conseil d’administration du CMFC et celui de la Fondation Jasmin Roy et Sophie Desmarais, mais aussi dans les salles de classe de la Faculté de médecine et des sciences de la santé de l’UdeS, où elle enseigne. Clinicienne, chercheuse, professeure et mère, Dre Brodeur n’hésite pas à changer de chapeau aussi souvent que nécessaire, faisant d’elle et de son parcours unique un exemple de polyvalence ! 

Une femme inspirante 

Cette nomination par le CIBWE, bien que très importante aux yeux de Magaly Brodeur, n’est pas son premier prix ni sa première distinction. Plusieurs auparavant ont célébré sa persévérance et son dur travail. On peut nommer entre autres la Fondation Pierre-Elliot-Trudeau, qui lui a accordé l’une des bourses les plus prestigieuses au monde et sa nomination au titre de « chercheuse étoile » en 2012.  

Dans une entrevue à Vivement le retour, Magaly Brodeur explique que cette nomination par le CIBWE garde toutefois une signification différente à ses yeux. Pour elle, il s’agit d’un pas important dans la reconnaissance du travail des femmes et des diversités, et surtout des femmes noires.  

Elle conclut avec un conseil : il faut « suivre nos passions, suivre nos rêves, croire en nous ». 


Crédit image @UdeS

FORMER ET INFORMER / Le Collectif a pour mission de rapporter objectivement les actualités à la population et d’offrir une tribune à la communauté étudiante de Sherbrooke et ses associations. Toutes les déclarations et/ou opinions exprimées dans les articles ou dans le choix d’un sujet sont uniquement les opinions et la responsabilité de la personne ou de l’entité rédactrice du contenu. Toute entrevue ou annonce est effectuée et livrée dans un but informatif et ne sert en aucun cas à représenter ou à faire la promotion des allégeances politiques ou des valeurs éthiques du journal Le Collectif et de son équipe.