Ven. Mai 17th, 2024

Par Carolanne Boileau 

Pour plusieurs, le temps des Fêtes représente une période de réjouissance, de rassemblement et d’abondance. Pour les personnes aux prises avec des situations plus précaires, cette période de l’année illustre plutôt un stress supplémentaire.  

Tout au long de l’année, ces personnes sont confrontées à des difficultés. Toutefois, le climat festif des mois à venir vient parfois les accentuer. La surconsommation, bien présente dans nos sociétés contemporaines, vient mettre en lumière les défis financiers de certains. Les nombreux rassemblements sociaux et familiaux des uns peuvent accentuer l’isolement et la solitude des autres. Il est important d’ouvrir les yeux et d’être en mesure d’identifier ces réalités. 

Cependant, tout n’est pas blanc ou noir. Au-delà des répercussions désolantes qui peuvent être causées par le temps des Fêtes, ce dernier a aussi pour effet d’accentuer le désir de donner. 

Par chance, des organismes sont également présents pour venir en aide à ceux et celles qui en ont besoin. Partout à travers le Québec, des banques alimentaires, des organismes communautaires et des centres d’action bénévole répondent à l’appel. Le Collectif a eu la chance de s’entretenir avec une actrice du domaine, Alexandra Brière, intervenante pour l’organisme La Cordée, pour en apprendre plus sur les réalités du communautaire.  

Briser la solitude et la stigmatisation 

Il existe une multitude d’organismes qui remplissent des missions fondamentales. C’est le cas notamment de l’organisme La Cordée, qui offre des ressources alternatives en santé mentale. Il prévoit des services de soutien aux personnes âgées de 18 et 65 ans qui se présentent sur une base volontaire pour recevoir de l’aide. Aucun diagnostic n’est nécessaire et les personnes intervenantes travaillent dans une logique de respect des choix, défendant la justice sociale et les droits individuels.  

L’organisme offre un centre de jour pour briser l’isolement. Un atelier créatif nommé Le Support est une source de soutien et d’écoute. Même si les défis sont présents tout au long de l’année — on peut penser au manque de subventions ou à l’épuisement du personnel, par exemple — la période actuelle représente un défi supplémentaire.  

Pour Alexandra Brière, il est clair que le temps des Fêtes a une incidence sur la population que l’organisme dessert. Selon elle, les personnes vivant des réalités liées à la santé mentale ou d’ordre émotionnel se retrouvent souvent stigmatisées. C’est d’autant plus vrai en cette période de l’année. Cette stigmatisation fait en sorte que ces personnes souffrent d’isolement, de solitude et sont fréquemment mises à l’écart des rassemblements sociaux et familiaux. Elle évoque également qu’une atmosphère plus lourde est ressentie par les personnes intervenantes. L’automne et la sollicitation plus importante en sont pour quelque chose.  

Pour les personnes qui souhaiteraient faire une différence et donner un coup de main, il existe plusieurs façons de le faire. À ce temps-ci de l’année, les dons sont particulièrement intéressants puisque La Cordée organise des festivités pour ses membres pour briser l’isolement durant le temps des Fêtes. Un grand repas de Noël et des paquets cadeaux sont notamment prévus. Les dons et les commandites sont donc les bienvenus pour permettre de réaliser ces projets. « Lorsqu’on donne, c’est eux directement qui reçoivent », rappelle Mme Brière.  

 «L’inflation frappe tout le monde et on a observé une énorme baisse de commandites depuis les trois dernières années, les gens donnent moins et ça a une répercussion sur les gens qui vivent dans le besoin».  

Certes, le soutien financier est toujours fondamental puisque celui-ci permet d’offrir des services de qualité, mais ce n’est pas la seule manière de donner. Donner pour l’autre est un concept beaucoup plus large que l’argent. Pour l’intervenante, le plus important est surtout l’acceptation et l’ouverture d’esprit, « juste voir, reconnaître et accepter ».   

Une aide alimentaire 365 jours par année 

L’une des formes d’aide les plus populaires durant le temps des Fêtes reste certainement le don de nourriture. La Guignolée est un événement bien populaire et récurrent, les gens ont l’habitude de donner. Cependant, on semble oublier que des organismes d’aide alimentaire sont présents tout au long de l’année. En Estrie, la Fondation Rock-Guertin fait partie des acteurs du milieu.  

Il s’agit d’un organisme qui vient en aide aux familles dans le besoin, aux enfants et aux organismes de la région de Sherbrooke. Depuis sa création en 1982, la Fondation offre de l’aide alimentaire 365 jours par année. Malgré sa mission des plus nobles, l’aspect le plus touchant de l’histoire de cet organisme est certainement les événements grâce auxquels il a vu le jour. 

C’est en 1980, quelques jours avant Noël, qu’un résident de Sherbrooke lançait un cri du cœur sur les ondes de la station de radio CHLT. On peut lire sur le site de la Fondation Rock-Guertin que cet auditeur a profité de la présence d’une tribune radiophonique pour demander de l’aide pour une famille dans le besoin. Quelques heures plus tard, plusieurs personnes se sont présentées à cette même station de radio pour mettre la main à la pâte et offrir des boîtes de nourriture. C’est donc cette collecte improvisée et cet élan de générosité qui a permis à la Fondation de voir le jour.  

Chaque année, la Fondation Rock-Guertin fournit de l’aide à 10 écoles primaires, 30 organismes, 2 100 familles et 3 000 enfants. Cependant, comme la plupart des organismes, elle est sollicitée massivement durant le temps des Fêtes. Pour l’aider à continuer de faire une différence, il est possible de donner sous plusieurs formes. Que ce soit en argent, en denrées ou même en contenants consignés, tous les dons font une différence. Pour connaître les modalités de dons, il est possible de consulter leur site web.  

En cette période de festivités, donnez au suivant.  


Crédit image @Rock Guertin

FORMER ET INFORMER / Le Collectif a pour mission de rapporter objectivement les actualités à la population et d’offrir une tribune à la communauté étudiante de Sherbrooke et ses associations. Toutes les déclarations et/ou opinions exprimées dans les articles ou dans le choix d’un sujet sont uniquement les opinions et la responsabilité de la personne ou de l’entité rédactrice du contenu. Toute entrevue ou annonce est effectuée et livrée dans un but informatif et ne sert en aucun cas à représenter ou à faire la promotion des allégeances politiques ou des valeurs éthiques du journal Le Collectif et de son équipe.