Mer. Juil 10th, 2024

Par Victor Dionne

Lorsque l’on pense aux pantalons à pattes d’éléphant, aux chemises déboutonnées, aux moustaches flamboyantes et aux tapis de danse lumineux, un seul mot peut nous venir en tête: Disco. Ayant connu leur apogée dans les années 1970, les sonorités funk et dance du genre musical semblent avoir inspiré plusieurs artistes québécois et internationaux depuis quelques années.

Même si, en 1979, la Disco Demolition Night à Chicago a cogné le premier clou du cercueil du style, il renaît de ses cendres. Beyoncé, Lizzo, Bruno Mars, Choses sauvages et autres nous ont ramené 45 ans en arrière, avec des morceaux funkys et rythmiques.

De Random Access Memories à Renaissance

En 2013, le défunt groupe français Daft Punk sort l’album Random Access Memories. Au Grammy Awards, il remporte cinq prix, dont l’album de l’année.Les références sonores au disco et à la musique des années 1970 y sont omniprésentes. Les collaborations avec le guitariste Nile Rodgers et le compositeur Giorgio Moroder, des légendes du genre, ajoutent à l’ambiance. D’ailleurs, Marie-Hélène Poitras du Devoir cite l’auteur spécialiste en disco Jean-Marie Potiez, qui observe un retour plus assumé du style musical à la suite de cet album.

Depuis, les artistes ont l’air d’être de plus en plus nombreux à incorporer des notions disco dans leurs œuvres. Silk Sonic, un super-groupe composé de Bruno Mars et d’Anderson .Paak, s’est inspiré de la cadence funk du genre avec son album An Evening with Silk Sonic (2021). De plus, Bruno Mars n’en était pas à sa première expérience ; il avait collaboré avec le DJ Mark Ronson sur le succès Uptown Funk, où l’on y entend des arrangements de cuivre, typiques du son disco.

Chez la chanteuse Lizzo, il est impossible de ne pas remarquer les influences du style dans le simple About Damn Time. Dès les premières lignes de guitare, elles sont évidentes.

Même Beyoncé s’est laissé tenter par la nostalgie. Dans son nouvel album, Renaissance (2022), la vedette rend hommage à la Reine du disco Donna Summer en reprenant en partie le légendaire succès I Feel Love dans Summer Renaissance.

Fait au Québec

Les artistes de la province se sont aussi joints à la vague disco. Choses Sauvages II (2021) du groupe Choses Sauvages reprend énormément d’éléments du genre. Dans une entrevue avec Radio-Canada, le chanteuret bassiste Félix Bélisle explique l’influence que la techno, la house, le new wave et le disco ont eue sur l’album : « on peut retrouver ces influences-là à travers les drum machines, les synthés, les lignes de basse qui sont des synthétiseurs dans certaines chansons ».  

Tout droit venue de la scène folk, l’autrice-compositrice-interprète acadienne Lisa Leblanc a aussi fait le saut dans le monde du disco avec son œuvre Chiac Disco (2022). « C’est complètement différent de ce que j’ai fait par le passé », mentionne-t-elle au Devoir.

Les albums Exodium to Extasy (2021) de Barry Paquin Roberge et Comment Debord (2020) du groupe du même nom sont également des incontournables. On y retrouve les ingrédients essentiels du disco.


Crédit image @Dustin Tramel

FORMER ET INFORMER / Le Collectif a pour mission de rapporter objectivement les actualités à la population et d’offrir une tribune à la communauté étudiante de Sherbrooke et ses associations. Toutes les déclarations et/ou opinions exprimées dans les articles ou dans le choix d’un sujet sont uniquement les opinions et la responsabilité de la personne ou de l’entité rédactrice du contenu. Toute entrevue ou annonce est effectuée et livrée dans un but informatif et ne sert en aucun cas à représenter ou à faire la promotion des allégeances politiques ou des valeurs éthiques du journal Le Collectif et de son équipe.