Mar. Juil 16th, 2024

Par Judith Marcoux 

Ce sont 19 personnes étudiantes de l’École de politique appliquée (EPA) qui ont participé à un stage en coopération internationale du 4 au 26mai 2024 au Maroc, dans le cadre du cours GEP405 offert par le chargé de cours Yannick Daoudi. Ce stage vise à renforcer leurs compétences en relations et en coopérations internationales avec des visites à diverses associations et coopératives locales aidant les femmes marocaines.  

Le stage a été rendu possible grâce au soutien financier du Fonds d’appui à l’engagement étudiant (FAEE) et du programme ÉduCoop.   

Une première immersion dans les ONG et coopératives marocaines   

Sur un total de 23 jours, les deux premières semaines ont été consacrées à la visite de diverses coopératives et associations à travers différentes villes et régions du Maroc. L’objectif était d’acquérir des connaissances théoriques sur le fonctionnement des coopératives, le financement des ONG en faveur de celles-ci, ainsi que sur le travail effectué sur le terrain. En outre, cette expérience a offert l’occasion de rencontrer directement les bénéficiaires et d’échanger avec eux.   

La première semaine du stage a été consacrée à la visite des ONG partenaires fournissant de l’aide financière au Maroc, dont l’ONG Care Maroc située à Casablanca et l’Ambassade du Canada à Rabat. Lors de ces deux rencontres, les personnes participantes ont pu échanger avec l’ambassadrice Isabelle Valois et son équipe ainsi qu’avec deux personnes représentantes de Care Maroc. Également, lors de cette semaine, le contexte du stage s’orientait vers la visite de nombreuses associations et coopératives agissant à titre de centre de formation professionnelle pour les femmes et de centre d’aide/communautaire pour la jeunesse et les femmes vivant des difficultés sociales.  

Soutien aux coopératives féminines touchées par le séisme   

Les personnes étudiantes de l’EPA ont passé la deuxième semaine à Marrakech. Elles y ont visité plusieurs coopératives féminines rurales dans la province montagneuse d’El Haouz, la plus durement touchée par le séisme du 8 septembre 2023. Ces coopératives féminines ont toutes bénéficié d’un financement du Canada au cours des dernières années. Elles se spécialisent dans les produits artisanaux, agricoles, alimentaires et naturels. Plusieurs d’entre-elles sont aussi engagées dans des activités de sensibilisation, d’alphabétisation et de formation professionnelle.  

Ces visites ont permis aux personnes participantes d’échanger avec les membres des coopératives à propos des impacts et des difficultés rencontrées à la suite de la pandémie et du séisme. Les discussions ont mis en lumière les enjeux et les problématiques que vivent ces coopératives au niveau du financement, du transport et de la reprise des activités depuis. Le groupe a pu remettre un montant de 10 000 dirhams amassés lors de levées de fond au cours des derniers mois. Ce montant a été divisé pour les deux coopératives les plus proches de l’épicentre et les plus impactées par le séisme.  

À la fin de la semaine, le groupe a eu l’opportunité de partager un bel après-midi festif avec des jeunes filles du Centre de protection de la jeunesse de Marrakech, organisé par le Centre d’adaptation de réinsertion des ex-détenus de la fondation Mohammed VI. Les personnes étudiantes de l’EPA ont été reçues comme de vrais invités d’honneur et ont remis aux filles des kits d’hygiène personnelle et féminine, ainsi que des articles de sports.  

Une semaine d’immersion unique   

Pour la troisième et dernière semaine du stage au Maroc, les personnes participantes ont été initiées au travail de la coopération internationale en œuvrant pour différentes associations locales dans la ville de M’rit et Tighza, située dans la région du Moyen Atlas. La réalisation de cette semaine de stage a été possible grâce au support et à l’organisation de l’Association Tighza Atlas pour le Développement, un organisme travaillant pour la jeunesse marocaine et pour améliorer le quotidien des habitants de la région.   

Cette association mène plusieurs actions sur le terrain, principalement dans les communes de la région rurale de M’rit. Elle cible différents besoins de la communauté, notamment en ce qui a trait aux besoins d’éducation afin de lutter contre la déscolarisation dans les milieux ruraux. Elle tend également vers une meilleure insertion professionnelle des femmes. 

Les personnes étudiantes ont pu réaliser, en duo, un stage d’observation au sein d’un centre fixe. Au total, neuf centres appartenant à l’Association Tighza Atlas pour le Développement ont été visités. À la suite de cette expérience, les personnes étudiantes devront fournir un rapport d’observation abordant les éléments forts et des recommandations qui seront remises à chacun des centres.   

Pour cette dernière semaine, l’ensemble du groupe a séjourné dans différentes familles habitant à Tighza et M’rit. Cela a été une occasion pour eux de s’immerger de manière nouvelle dans la culture marocaine et de tisser des liens forts avec les membres de leurs familles d’accueil. Finalement, le groupe a été reçu samedi soir à une fête pour souligner l’apport de la communauté étudiante dans les associations et pour souligner la fin du stage en grand. 


Crédits: Yannick Daoudi

FORMER ET INFORMER / Le Collectif a pour mission de rapporter objectivement les actualités à la population et d’offrir une tribune à la communauté étudiante de Sherbrooke et ses associations. Toutes les déclarations et/ou opinions exprimées dans les articles ou dans le choix d’un sujet sont uniquement les opinions et la responsabilité de la personne ou de l’entité rédactrice du contenu. Toute entrevue ou annonce est effectuée et livrée dans un but informatif et ne sert en aucun cas à représenter ou à faire la promotion des allégeances politiques ou des valeurs éthiques du journal Le Collectif et de son équipe.