Ven. Jan 27th, 2023

Par Meg-Anne Lachance  

Trois femmes affirmant avoir subi des agressions sexuelles par le fondateur de Juste pour rire déposent des poursuites au civil contre lui pour environ 4,65 millions de dollars.  

Gilbert Rozon se retrouve une nouvelle fois face à des accusations d’agressions sexuelles. Cette fois-ci, de la part de son ex-belle-sœur, Martine Roy ainsi que deux anciennes collègues, Guylaine Courcelles et Marylena Sicari. 

Trois de plus 

Mme Roy affirme avoir été « brutalement violée » en 1995, lors d’une exposition au Musée Juste pour rire, rapporte le journal La Presse. Selon ses dires, cette agression aurait eu lieu deux ans après un incident du même type. Elle poursuit M. Rozon au civil et réclame un total de 1,35 million.  

De son côté, Marylena Sicari soutient que le producteur l’aurait agressée et harcelée sexuellement, de 1998 à 2004. Les événements auraient eu lieu lorsqu’elle était employée pour Les Productions Rozon et Les Films Rozon. Mme Sicari aurait enduré une multitude d’avances et d’appels non souhaités, selon un article de La Presse

Les documents juridiques stipulent que les dommages engendrés par ce harcèlement ont poussé la plaignante à changer son numéro de téléphone personnel. On y mentionne aussi des attouchements et des avances inappropriées commis sur son lieu de travail pendant plusieurs années. Elle réclame 1,25 million de dollars. 

Quant à la dernière plaignante, Guylaine Courcelles, elle accuse Gilbert Rozon de l’avoir agressée en 1987, alors qu’elle travaillait au Festival Juste pour rire. Elle était âgée de seulement 22 ans à l’époque. Le tout se serait déroulé lors d’une « soirée » à la résidence personnelle de M. Rozon. Elle lui réclame 1,9 million.  

Ces trois nouvelles accusations viennent faire augmenter le nombre de poursuites contre Gilbert Rozon à neuf. 

Loin d’être une première 

L’actrice Patricia Tulasne avait été la première à faire des démarches juridiques. Elle avait déposé une demande d’action collective au nom des Courageuses, un groupe composé d’une vingtaine de femmes qui affirmaient avoir elles aussi été agressées par l’ex-parrain de l’humour québécois entre 1982 et 2016. Leur demande avait toutefois été rejetée, en 2020, par la Cour d’appel du Québec avec raison qu’une action collective n’était pas le « véhicule procédural approprié ».  

Par la suite, ce sont Lyne Charlebois, Danie Frenette, Annick Charette, Anne-Marie Charrette et Sophie Moreau qui ont décidé de briser le silence en traînant M. Rozon au tribunal. Les procès de ces neuf femmes n’ont toujours pas eu lieu. Au total, c’est une somme d’environ 14 millions de dollars qui est réclamée. 

Pour sa part, Gilbert Rozon poursuit les animatrices québécoises Julie Snyder et Pénélope McQuade pour diffamation. Cette poursuite concerne des propos dits à La semaine des 4 Julie qui l’accusaient, une nouvelle fois, d’inconduites sexuelles. 


Crédit image @Ryan Remiorz

FORMER ET INFORMER / Le Collectif a pour mission de rapporter objectivement les actualités à la population et d’offrir une tribune à la communauté étudiante de Sherbrooke et ses associations. Toutes les déclarations et/ou opinions exprimées dans les articles ou dans le choix d’un sujet sont uniquement les opinions et la responsabilité de la personne ou de l’entité rédactrice du contenu. Toute entrevue ou annonce est effectuée et livrée dans un but informatif et ne sert en aucun cas à représenter ou à faire la promotion des allégeances politiques ou des valeurs éthiques du journal Le Collectif et de son équipe.