Ven. Avr 12th, 2024

Par Léa Béliveau

C’est vendredi le 10 mars dernier qu’a eu lieu la 9e édition du colloque de l’association étudiante des cycles supérieurs en études politiques (RECSEP) de l’Université de Sherbrooke (UdeS). C’est au balcon du Mont-Orford du Centre culturel que membres du personnel de l’École de politique appliquée (EPA), personnes étudiantes et anciennes de l’EPA ont été invités à passer une journée autour de diverses présentations.

La 9e édition est un succès pour le comité organisateur du RECSEP. L’évènement a débuté par une table ronde avec les personnes fondatrices de l’EPA qui ont eu un impact important dans la création et l’émergence de celle-ci. Suivi d’un diner convivial, l’après-midi était axé sur les présentations des personnes étudiantes à la maitrise de l’EPA. Le RECSEP a veillé aux bien-être de ses invités par la mise à disposition d’un bar à café et de viennoiseries en matinée. De plus, sur l’heure du diner, un buffet de repas chaud et froid était servi aux personnes qui assistaient au colloque accompagné d’une consommation avec ou sans alcool. Les invités comme les participants ont été traités avec soin par le comité organisateur de l’évènement.

La table ronde qui réunit nostalgie, rire et conseils

Tout d’abord, il faut noter que les invités de la table ronde ont été méticuleusement choisis. Autour de questions préalablement construites par les personnes étudiantes du RECSEP, Pr Gilles Vandal, Pr Pierre Binette, Pr Jean-Herman Guay et Pre Isabelle Lacroix ont tous les quatre apporté leurs anecdotes sur la fondation de l’EPA. Des rires, des réflexions et des larmes sont venus submerger les personnes étudiantes et collègues présents dans la salle. Pr Emmanuel Choquette, animateur de la table ronde, a veillé au déroulement, considérant le fait que les orateurs avaient la tête remplie de belles histoires à partager.

Une grande importance était accordée, lors de la conférence, à la fondation de l’EPA, à son histoire, mais aussi à ses principes fondateurs. Les professeurs ont aussi insisté sur les valeurs qui ont constitué le département de politique appliquée, principalement ; l’audace et l’innovation. Le but de l’activité était de faire un retour sur les 15 ans de la fondation, mais aussi d’inspirer les futurs politologues dans leurs cheminements. L’EPA forme, depuis ses débuts, des experts en politique qui savent se démarquer par rapport aux autres universités.

Les fondateurs et piliers du département ont aussi abordé l’importance de l’audace dans le parcours professionnel et académique. Comme dans le contexte dans lequel l’École de politique appliquée a été fondée, les quatre orateurs ont misé sur l’importance de la perpétuation de ces valeurs pour les personnes étudiantes, même lorsque diplômées. Après le diner avait lieu une deuxième conférence de la part du Pr David Morin en compagnie de Mathieu Colin sur le complotisme et l’extrémisme au Canada : rapports de la Chaire UNESCO-PREV.

Des présentations de haut niveau

Dans le cadre du colloque, le comité organisateur du RECSEP a tenu à séparer les sujets de présentations en quatre thématiques distinctes. C’est en après-midi que les personnes étudiantes à la maitrise à l’EPA étaient invitées à présenter leurs projets de mémoire, d’essai ou de travail dirigé devant leurs collègues. L’exercice de présentation est intéressant pour les futurs politologues dans la pratique de l’art oratoire. Les personnes étaient jugées auprès d’un jury afin d’avoir une rétrospection sur leurs recherches et l’ensemble de leur présentation. Ainsi, le jury a eu pour mandat de décerner à une personne gagnante une bourse dans le cadre de l’exercice.

En quatre blocs de thématique, les personnes étudiantes ont couvert plusieurs sujets de la politique nationale et internationale. Du côté du premier panel, celui-ci était couvert par François Caldwell, Laura Bokor et Salomé Splinder sous la thématique de la paix et des conflits armés. Du côté de la diplomatie canadienne, Emma Bolduc, Maxim Chemarin et Félix Gariépy ont présenté leurs projets de recherche. Par la suite, sous le thème de l’Afrique, William Laguë, un invité spécial de la maitrise en histoire, et Gabrielle Goyet, de la maitrise à l’EPA, sont venus présenter leurs projets. Enfin, le dernier panel abordait les enjeux contemporains du Québec et était composé de Zoïc Jolin-Couture, Philippe Larivière et Raphaël Roy, tous étudiants au deuxième cycle à l’EPA.

Du campus de Longueuil à celui de Sherbrooke, ces personnes étudiantes sont venues démontrer les résultats de leurs recherches. Ces futurs politologues, de première ou deuxième année à la maitrise, ont présenté où leur projet en était. Pour certains, l’exercice de recherche en était à la cueillette d’informations et l’établissement du plan de leur travail. Pour d’autres, c’était la présentation de leurs constats à la suite de la rédaction de plusieurs parties de leurs projets ou suite à la remise de ce dernier.

C’est vers la fin de la journée que le jury s’est concerté afin de nommer la personne étudiante ayant offert, selon eux, la meilleure présentation. C’est donc Emma Bolduc qui a remporté une bourse à la suite de la présentation de son sujet de mémoire sur la cyberdiplomatie canadienne, le cas de la 5G. Le RECSEP a aussi offert l’opportunité à William Laguë de présenter son projet lors du colloque. Ce dernier, étudiant à la maitrise en histoire, a exposé une parution qu’il a faite dans un livre. Il a abordé la position déchirante et parole coupante : Sékou Touré, la cinquième colonne et le néocolonialisme. L’audace dont il a fait preuve de venir présenter son projet lors du colloque lui aura valu le prix coup de cœur du public.


Crédit image @RECSEP

FORMER ET INFORMER / Le Collectif a pour mission de rapporter objectivement les actualités à la population et d’offrir une tribune à la communauté étudiante de Sherbrooke et ses associations. Toutes les déclarations et/ou opinions exprimées dans les articles ou dans le choix d’un sujet sont uniquement les opinions et la responsabilité de la personne ou de l’entité rédactrice du contenu. Toute entrevue ou annonce est effectuée et livrée dans un but informatif et ne sert en aucun cas à représenter ou à faire la promotion des allégeances politiques ou des valeurs éthiques du journal Le Collectif et de son équipe.

Cheffe de pupitre CAMPUS pour le journal Le Collectif | Site web

Naviguant entre la politique économique et le droit fiscal, Léa, candidate au Diplôme d’études supérieures spécialisées de 2e cycle en droit et politique appliqués de l’État (DPAE), affectionne la loi de l’impôt et les politiques fiscales.

Auxiliaire de recherche à la Chaire en fiscalité et finance publique (CFFP), Léa doit se tenir à l’affut des dernières nouvelles en ce qui concerne les enjeux fiscaux et les finances publiques, autant sur la scène nationale qu’internationale. Amoureuse de son campus et de ce que la vie étudiante à offrir, elle adore tenir la communauté étudiante au courant de ses dernières découvertes.

Cheffe de pupitre pour la section CAMPUS, Léa se donne pour mission d’informer les personnes étudiantes et de leur divulguer les dernières réussites académiques, les nouvelles découvertes scientifiques et les activités dont regorge le campus.