Mer. Mai 29th, 2024

Par Josiane Demers 

Le simple divertissement, c’est bien, mais le divertissement intelligent et utile, c’est encore mieux. Parfois, une série de fiction nous touche à un point tel qu’elle nous fait réfléchir et nous force à nous questionner. Voici trois suggestions qui ne laisseront personne indifférent. 

Maid 

Disponible depuis le 1er octobre 2021 sur la plateforme Netflix, Maid raconte l’histoire d’Alex (Margaret Qualley), une jeune mère qui, avec sa fille Maddy, fuit la maison familiale, un environnement malsain et violent. Elle devient femme de ménage pour subvenir à leurs besoins. 

Ce qui est intéressant dans cette série, c’est qu’on aborde la problématique de violence conjugale d’une manière réaliste et nuancée. On présente une histoire qui démontre au public qu’une relation violente n’implique pas nécessairement des coups de poing et une visite à l’hôpital. On aborde la violence psychologique, les problèmes de consommation, le contrôle financier et la manipulation. On y dépeint également le manque de ressources pour les femmes qui décident de quitter une telle situation. Il s’agit d’une série aussi informative que troublante et émouvante.  

As we see it 

Cette fiction, disponible sur Prime vidéo depuis le 21 janvier 2022, nous dépeint le quotidien de Jack (Rick Glassman), Harrison (Albert Rutecki) et Violet (Sue Ann Pien), trois adultes autistes dans la mi-vingtaine qui vivent en colocation. On les suit à travers leur souhait d’indépendance et on constate les défis auxquels ils font face quotidiennement. Les trois protagonistes sont accompagnés par Mandy (Sosie Bacon), qui les supervise dans leurs activités.  

La série est si bien ficelée qu’on est captivé par des quêtes qui semblent simples pour des personnes neurotypiques, mais qui demandent aux personnages une force et une détermination hors du commun. Harrisson, le moins indépendant des trois, veut réussir à parcourir à la marche des distances de plus en plus grandes à l’extérieur. Violet souhaite trouver l’amour. Jack lui, se butte aux difficultés que garder son emploi engendre et doit gérer sa peine causée par le cancer de son père. Cette œuvre ni racoleuse ni larmoyante mérite d’être visionnée.  

Fourchette 

Cette série de trois saisons, disponible sur Tou.tv, se veut libératrice pour beaucoup de femmes. Sarah (Sarah-Maude Beauchesne) rompt avec son amoureux et s’engage dans un cheminement vers l’amour-propre et l’indépendance.  

La troisième saison, disponible depuis peu, est particulièrement marquante, alors que le personnage principal, au début de sa trentaine, assume le fait de ne pas vouloir d’enfant et se fait ligaturer les trompes. S’en suivent les jugements usuels auxquels les femmes doivent faire face lorsqu’elles ne désirent pas de progéniture. Même le médecin s’obstine avec elle, mais elle lui fait fermement remarquer que si elle était un homme, il ne la confronterait pas de la sorte.  

Bien que Sarah assume complètement son choix, elle évolue à travers la gamme d’émotions qu’engendre ce choix. C’est libérateur et rafraîchissant de voir, au petit écran, une femme assumée, forte et magnifique dans toute sa complexité.  


Crédit image @ ICI Tou.TV, site Web

FORMER ET INFORMER / Le Collectif a pour mission de rapporter objectivement les actualités à la population et d’offrir une tribune à la communauté étudiante de Sherbrooke et ses associations. Toutes les déclarations et/ou opinions exprimées dans les articles ou dans le choix d’un sujet sont uniquement les opinions et la responsabilité de la personne ou de l’entité rédactrice du contenu. Toute entrevue ou annonce est effectuée et livrée dans un but informatif et ne sert en aucun cas à représenter ou à faire la promotion des allégeances politiques ou des valeurs éthiques du journal Le Collectif et de son équipe.