Mar. Juil 23rd, 2024

Par Roxanne Caron

Il m’aura fallu plusieurs écoutes pour réussir à relever les qualités de l’album Currents de Tame Impala (Innerspeaker 2010, Lonerism 2012). Le groupe avait déjà mis la barre haute avec son premier album, mais la formation tend à se conformer au moule plus commercial. Non pas que la musique n’est pas accrocheuse, mais pour plonger pleinement dans l’univers musical du groupe, il aura fallu que je me concentre et me laisse porter les yeux fermés. Mais encore là… Dès la première piste, un son volontaire de disque qui « saute » a dérangé mes oreilles. Quoi de pire qu’une musique saccadée à cause d’un disque égratigné? Déjà mon écoute commençait mal.

Les nombreuses influences du groupe transparaissent à travers une musique introspective et planante rappelant les années 80. En général, le groupe a opté pour du soft-rock qui rejoint un plus grand public. Currents est un album linéaire sans grands coups d’éclat qui pourraient nous sortir de notre zone de confort. Le soft-rock a volé la place au rock psychédélique qui nous donnait envie de tomber dans un état second.

FORMER ET INFORMER / Le Collectif a pour mission de rapporter objectivement les actualités à la population et d’offrir une tribune à la communauté étudiante de Sherbrooke et ses associations. Toutes les déclarations et/ou opinions exprimées dans les articles ou dans le choix d’un sujet sont uniquement les opinions et la responsabilité de la personne ou de l’entité rédactrice du contenu. Toute entrevue ou annonce est effectuée et livrée dans un but informatif et ne sert en aucun cas à représenter ou à faire la promotion des allégeances politiques ou des valeurs éthiques du journal Le Collectif et de son équipe.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *