Mar. Fév 27th, 2024

Par Sandrine Mary 

Alors que vous avez sans doute beaucoup entendu parler de ChatGPT ces derniers mois, Google vient également de lancer son propre prototype de robot conversationnel, surnommé Bard. Quelles conséquences peut avoir l’intelligence artificielle sur notre quotidien? En quoi consistent ces applications et pourquoi sont-elles si attrayantes? 

ChatGPT, signifiant «generative pretrained transformer », est un générateur de texte lancé auprès du grand public fin novembre 2022, par OpenAI. Cette entreprise d’intelligence artificielle (IA) basée à San Francisco a créé ce robot conversationnel qui a été entraîné par apprentissage autoapprenant. C’est la première fois que son utilisation est accessible facilement et gratuitement pour la population. Avant, l’intelligence artificielle était une technologie dont tout le monde entendait parler, mais personne n’en voyait la couleur et ne savait pas forcément à quoi elle servait.  

Des changements de comportements  

Si de nombreuses personnes testent l’outil pour rigoler et s’amuser avec ses drôles de réponses, d’autres lui trouvent un usage plus sérieux. ChatGPT est capable d’entretenir une conversation, mais aussi d’écrire du codage informatique et des analyses de niveau universitaire. Certains professionnels peuvent s’en servir pour accélérer leur travail, comme pour produire une conclusion, par exemple.  

Cependant, la préoccupation du moment est qu’un nombre croissant d’étudiants l’utilisent désormais pour faire leurs devoirs. Selon des informations recueillies par La Presse, cette sorte de plagiat 2.0 est indétectable par les professeurs, même pour les plus aguerris !  

L’arrivée de son concurrent, Bard 

Face à cette montée en puissance de ChatGPT, la course à l’IA a débuté. Le 6 février, Sundai Pichain, PDG de Google, a annoncé la sortie de Bard, un nouveau service expérimental d’IA conversationnelle. Comme nous l’explique le magazine Business Today, Bard est capable de transmettre des informations de grande qualité en allant chercher ses éléments de réponse sur le web. C’est ce qui le distingue de ChatGPT. Cela fait six ans que Google travaille sur l’IA. Pour l’instant, l’outil de rédaction n’est accessible qu’à des expérimentateurs officiels, mais l’entreprise le rendra disponible à tous très prochainement.  

La société envisage d’allier les commentaires externes des utilisateurs avec ses propres tests internes afin de bonifier les réponses de Bard et d’assurer la qualité et la sécurité des informations. Microsoft annonce un jour plus tard que le ChatGPT d’OpenAI serait bientôt introduit sur son propre moteur de recherche Bing. La compétition ne s’arrête donc pas là.  

D’autres intelligences artificielles destinées à être utilisées par le plus grand nombre se développent. Jasper.ai, un assistant IA payant de rédaction de contenu, qui se veut multilingue et multiplateforme, en est un parfait exemple dans le domaine du marketing. Comme mentionné dans EmarketerZ, celui-ci se base sur la technologie GPT-3 d’OpenAI, qui a appris et consommé des millions d’informations via du « machine learning », ou apprentissage autoapprenant, et du « deep learning », ou apprentissage profond. Le premier permet de faire des prédictions et de s’améliorer grâce à la réaction des utilisateurs face à ce qu’un algorithme leur propose, alors que le deuxième est composé d’un réseau neuronal d’algorithmes permettant aux machines de prendre des décisions précises sans l’aide des humains. 


Crédit image @Pixabay

FORMER ET INFORMER / Le Collectif a pour mission de rapporter objectivement les actualités à la population et d’offrir une tribune à la communauté étudiante de Sherbrooke et ses associations. Toutes les déclarations et/ou opinions exprimées dans les articles ou dans le choix d’un sujet sont uniquement les opinions et la responsabilité de la personne ou de l’entité rédactrice du contenu. Toute entrevue ou annonce est effectuée et livrée dans un but informatif et ne sert en aucun cas à représenter ou à faire la promotion des allégeances politiques ou des valeurs éthiques du journal Le Collectif et de son équipe.