Sam. Juil 20th, 2024

Par Stéphane Martire 

Le budget fédéral 2022-2023 a été publié ce jeudi 7 avril. Inflation, crise climatique, guerre en Ukraine sont tous des sujets qui faisaient croître les attentes dans l’optique de son annonce par le gouvernement de Justin Trudeau.  

Défense 

Le contexte mondial est extrêmement tendu en raison du retour en Europe d’un conflit à grande échelle entre la Russie et l’Ukraine. Il était donc permis de se demander si le Canada allait enfin atteindre le 2 % du PIB réclamé par l’OTAN pour ses dépenses en défense. Force est de constater que l’on en est encore loin avec ce cru 2022. 

Pour rappel, le budget canadien dans ce domaine se situait à 1,39 % du PIB, un taux qui atteindrait 1,5 % en 2027 suivant l’injection de 8 milliards de dollars sur cinq ans annoncée par la ministre Chrystia Freeland.  

Cette dernière reconnaissait jeudi la nécessité de dépenser davantage, mais nuançait aussitôt en précisant que les dépenses devraient se faire de manière « planifiée » et « efficace » selon des propos rapportés par Le Devoir. Pourtant, certains manques sont criants : sous-marins, avions de chasse, hélicoptères, etc. Tout cela alors que les sous-marins représentent par exemple un instrument déterminant dans la défense de l’arctique Canadien contre les velléités de la Russie.  

Environnement 

Au niveau de l’environnement, le gouvernement prévoit une série de mesures qui s’ajoutent au Plan de réduction des émissions annoncé le 29 mars 2022. Ce dernier vise à réduire les émissions de GES de 40 à 45 % par rapport aux niveaux de 2005 d’ici 2030 avec un objectif de carboneutralité d’ici 2050. Pour rappel, cet objectif était déjà celui annoncé au sommet sur le climat de 2021. Il était en effet déjà déploré à l’époque par les environnementalistes comme le révélait Radio-Canada il y a un peu moins d’un an.  

Malgré quelques mesures favorisant l’achat de véhicules électriques et des crédits d’impôt pour les investissements dans les énergies propres, la cible du gouvernement concernant les émissions de GES n’est pas plus ambitieuse.  

Inflation 

En ce qui a trait à l’inflation, le gouvernement prévoit par exemple le versement de quatre milliards de dollars pour appuyer la construction de nouveaux logements. Le budget anticipe également d’aider les Canadiens à économiser dans le but d’en acquérir un par la création, entre autres, d’un compte d’épargne libre d’impôt. Les cotisations seront déductibles d’impôt et les retraits, non imposables.  

Cela s’ajoute au régime des soins dentaires qui devrait permettre notamment aux ménages canadiens ayant un revenu inférieur à 90 000 $ par année d’en bénéficier gratuitement. 

Autre engagement du gouvernement pour combattre l’inflation : 603,2 millions de dollars sur cinq ans à Transports Canada. L’objectif étant à terme de réduire les prix pour les Canadiens, renforcer les chaînes d’approvisionnement et améliorer la capacité des entreprises canadiennes d’exporter leurs produits.  

Enfin, le gouvernement ne prévoit pas de revenir à l’équilibre budgétaire dans l’immédiat, mais les déficits devraient progressivement diminuer. La dette fédérale, elle, va continuer de s’alourdir.  


Crédit image @ Jason Hafso

FORMER ET INFORMER / Le Collectif a pour mission de rapporter objectivement les actualités à la population et d’offrir une tribune à la communauté étudiante de Sherbrooke et ses associations. Toutes les déclarations et/ou opinions exprimées dans les articles ou dans le choix d’un sujet sont uniquement les opinions et la responsabilité de la personne ou de l’entité rédactrice du contenu. Toute entrevue ou annonce est effectuée et livrée dans un but informatif et ne sert en aucun cas à représenter ou à faire la promotion des allégeances politiques ou des valeurs éthiques du journal Le Collectif et de son équipe.