Ven. Juil 19th, 2024

Par Nicolas Dionne 

Le sport a toujours réussi à marquer l’univers collectif à travers le temps. Pour Bryan Gnaly, joueur recrue de l’équipe de soccer du Vert & Or, l’apport du sport dans la lutte aux combats raciaux est bien réel.    

Questionné à propos du Mois de commémoration de l’histoire des Noirs, l’attaquant français d’origine ivoirienne trouve non seulement l’initiative très pertinente, mais mentionne l’ampleur que le sport peut prendre pour transmettre un message. 

« Malgré le fait que je pratique le soccer depuis que je suis tout petit, purement par passion, si pratiquer mon sport peut permettre de briser certaines barrières raciales, un peu comme Mohammed Ali ou d’autres l’on fait, et bien je vais le faire avec plaisir », exprime celui qui a été nommé sur la première équipe d’étoiles des recrues au sein du Réseau du sport étudiant cette saison. 

L’histoire de Colin Kaepernick, le joueur afro-américain de football qui a décidé de poser un genou au sol lors des hymnes nationaux de ses matchs, démontre un geste marquant pour Bryan selon sa perspective de la cause raciale et du sport dans son ensemble. « Ça prend du courage pour faire ce genre de geste. C’est vraiment un exemple de détermination à suivre, au-delà de la polémique raciale qu’il a autour de lui. Il était prêt à tout pour mettre en place son idée et cet exemple va plus loin que la cause raciale ou le sport, mais bien dans toutes les sphères de la vie, parce qu’il ne s’est pas laissé faire tout simplement. » 

« Son geste m’a fait ouvrir les yeux sur certaines choses que je ne calculais pas forcément avant dans le sport. Ça ne m’a pas mis en rogne ou quoi que ce soit, mais ça m’a juste fait comprendre qu’il y a quelque chose à faire par rapport au racisme dans le sport et on peut faire en sorte que le sport soit encore plus ouvert pour tout le monde », dit l’auteur de deux buts et quatre passes lors de ses premiers pas avec le Vert & Or. 

Des progrès remarqués 

Par rapport aux progrès concernant la cause raciale dans le sport, le jeune athlète de 19 ans croit que la polémique autour de ces enjeux n’est plus taboue à l’heure actuelle. « Aujourd’hui, les gens n’ont plus peur de se cacher. Ce n’est pas tous les Noirs qui le remarquent, mais il y a quelque chose qui se passe et on est plusieurs à remarquer le changement, et ce, bien que la polémique ait toujours été présente. » 

Celui qui a choisi le Vert & Or pour son campus « à l’américaine » et pour l’esprit d’équipe qui s’y dégage a soif d’ambition et de projets. Désirant essayer le calibre de soccer canadien tout en étudiant en français, Bryan croit que le sport peut changer la donne sur tous les problèmes auxquels la société fait face. 


Crédit photo @ Yves Longpré

FORMER ET INFORMER / Le Collectif a pour mission de rapporter objectivement les actualités à la population et d’offrir une tribune à la communauté étudiante de Sherbrooke et ses associations. Toutes les déclarations et/ou opinions exprimées dans les articles ou dans le choix d’un sujet sont uniquement les opinions et la responsabilité de la personne ou de l’entité rédactrice du contenu. Toute entrevue ou annonce est effectuée et livrée dans un but informatif et ne sert en aucun cas à représenter ou à faire la promotion des allégeances politiques ou des valeurs éthiques du journal Le Collectif et de son équipe.