Lun. Mai 16th, 2022

Par Simone Rouleau 

Bromance, un trio composé d’athlètes anglais, présentait, le 5 avril dernier au centre culturel de l’Université de Sherbrooke, un spectacle de cirque tout en nuance et en splendeur. Touchants, engagés et étonnants, les trois artistes anglais ont quitté Sherbrooke en laissant derrière eux un standing ovation et plus d’une mâchoire déboitée. Leur façon de jouer avec le public par la patience et le ton plutôt parfois malaisant, de lui laisser l’espace d’apprivoiser leurs trois personnages complètement distincts et de lui offrir sur un plateau d’argent son authenticité fait de Bromance un spectacle de variétés tout à fait avant-gardiste. 

Produit par la compagnie de cirque acrobatique Barely Mehodolical Troupe, le trio Bromance fait partie des troupes de cirque modernes combinant le partenariat homme-homme, l’art hypnotisant de la roue Cyr, la danse contemporaine et le break dance. Le spectacle en laisse plus d’un stupéfait sur la scène internationale, alors qu’il remporte, en 2014, le Total Theatre & Jacksons Lane Award for Circus au Edinburgh Fringe Festival en Écosse. 

À la suite de son passage à Édimbourg, la mise en scène du spectacle devient l’ouverture du Festival international de mime de Londres en 2015 et arrive sur le continent américain en 2016, lors de son passage au Festival Montréal Complètement Cirque. Avec sa plateforme d’artistes composée de plusieurs trios se déplaçant aux quatre coins de la planète, Bromance offre à la scène artistique des prestations simultanées en Amérique du Nord et en Europe depuis près de 8 ans.  

Ce qu’une Bromance offre à ses fans 

Bromance n’est pas un spectacle de cirque comme ceux que l’on s’imagine. Effectivement, si le cirque se qualifie d’une catégorie d’art au large spectre, le trio d’athlètes est plus près du break dance et des limites incontestées de la danse contemporaine que de la jonglerie ou du trapèze auxquels on pourrait s’attendre. Le trio masculin connu à l’international fait miroiter une variété de facettes de l’art de la scène en à peine une heure. Du mime, aux pyramides humaines, en passant par le hip-hop sur une ballade de piano classique, les auditeurs sont tenus en haleine tout au long de sa présence sur scène.  

De la masculinité toxique à la masculinité fluide 

En prenant position dans un humour ludique, une tendresse nichée et une fluidité impressionnante, le trio réussit en à peine 60 minutes à mettre en lumière la douceur plus subtile des relations amicales entre hommes. Les trois jeunes hommes s’approprient aisément leur rôle respectif de garçon gêné, nonchalant et casse-cou. Laissant s’installer une ambiance de début de relation amicale, Bromance nous donne accès à la fragilité masculine tout en nous offrant des prouesses acrobatiques des plus impressionnantes.  

Pendant 60 minutes consécutives, on assiste à la déconstruction de plusieurs stéréotypes de masculinité toxique au travers de liaisons physiques harmonieuses et sensibles. Effectivement, le succès international remplit avec brio les attentes des auditeurs face à son nom de scène Bromance, puisqu’il caricature à merveille cette dynamique de romance véhiculée par certaines relations amicales. C’est ce mélange entre la beauté du corps de ces athlètes et leurs fragilités d’acteurs sur scène qui a emporté les Montréalais lors de leur passage au Festival Montréal Complètement Cirque en 2016 et qui le fait à nouveau tout au long de leur tournée nord-américaine des dernières semaines.  

Le silence sur scène : une force ou une faille?  

Bien que la mise en scène soit un des grands atouts de leur succès, ce sont ces quelques moments de silence et d’attente qui en laissent plus d’un perplexe. Effectivement, même si certains ont adoré, d’autres trouvent ces moments de blanc plus difficiles à supporter et c’est entre autres ce qui fait d’eux un trio unique. Bien que frustrants par moment, les silences et les moments de pauses permettent à l’auditoire de se déposer dans ces personnages fragilisés et explorent une forme d’art moderne qui permet de prendre son temps.  

Pousser le partenariat homme-homme plus loin 

Par le style vestimentaire plutôt décontracté des athlètes, Bromance débute son spectacle en donnant l’impression qu’il sera question de prouesses exagérées et masculinisées. Toutefois, l’ambiance tend plutôt vers l’exploration du partenariat homme-homme tout à fait vulnérable et accessible. Jouant avec les corps et les limites du pouvoir illusoire de la roue Cyr, les trois jeunes hommes nous proposent des culbutes et des prouesses dignes des plus grands de la scène artistique. Sans compter leur finale grandiose et excitante, c’est sans équivoque que Sherbrooke affirme par ses réactions instantanées que l’art de la troupe est fascinant et hypnotisant. Si leur retour sur le continent n’est pas prévu pour le restant de l’année, Barely Methodical Troupe assure à ses fans canadiens un retour en force avec d’autres présentations acrobatiques qui verront le jour dans les prochains mois. 

L’industrie de la danse et du cirque à Sherbrooke 

Suite au passage de Bromance à Sherbrooke, le centre culturel de l’Université de Sherbrooke est fier d’offrir à ses plus fidèles auditeurs un retour assumé de ces deux dernières années d’incertitude pour le secteur culturel. Tel que mentionné par le présentateur, le centre culturel abordera la saison estivale en proposant une programmation tout en danse et en cirque. La population estrienne pourra donc voir sur sa scène Révolution en tournée, les performances du duo Janie et Marcio et du groupe Crypto, le spectacle de variétés de Rita Baga ainsi que la troupe de ballet jazz de Montréal. Bien que méconnus du grand public, le cirque et la danse sur scène offrent de grands moments à leurs auditoires, et c’est sans aucun doute que les Sherbrookois auront le privilège d’y assister encore longtemps.  

Pour plus de détails sur la troupe de danse, visitez www.barelymethodicaltroupe.com 


Crédit image @ Alexandre Galliez