Mar. Fév 27th, 2024

Par Kémuel Lavallée 

OPINION/La rage au volant, ça change des vies. C’est exactement sur cette prémisse que la série Netflix, Beef, s’est penchée : deux automobilistes se coupent, poussant le premier à balayer un « fuck you» spontané par sa fenêtre.  

L’action ne tarde pas, après seulement quatre minutes du premier épisode, le protagoniste, Danny Cho, décide qu’il en a assez de se laisser faire et déclenche une poursuite avec cet automobiliste dont on nous a caché volontairement le visage. Il devient alors évident pour le téléspectateur que cette poursuite sera le centre autour duquel la série gravitera. Elle émet également le ton de la série, laissant le téléspectateur accroché, voire empathique pour la situation de Danny Cho. 

Si cette série se démarque, c’est par son unicité. D’abord, Beef est un chef-d’œuvre au niveau artistique. Les peintures utilisées à chaque début d’épisode donnent un sens à l’épisode. Il en est de même pour les titres utilisés. Ceux-ci proviennent de textes ou de films connus et représentent les comportements désaxés qui seront présents durant l’épisode. De plus, je recommande cette série pour ses images cinématographiques très rafraîchissantes.  

Ensuite, Beef a réussi à illustrer quelque chose d’unique. Durant les 10 épisodes, on comprend la complexité des vies des deux personnages principaux. En tant que téléspectateur, on ressent même la rage qui bouille à l’intérieur du corps de David Cho à cause de sa situation économique et familiale. On peut même s’identifier aux sentiments ressentis par Amy Lau, soit de se sentir emprisonné dans une cage qu’on a soi-même fermée. Bien que ces deux individus vivent deux vies différentes, ils ont beaucoup plus en commun qu’ils ne peuvent le croire. 

Finalement, cette comédie dramatique a été créée par Lee Sung Jin. Elle représente d’ailleurs la vision asio-américaine des difficultés et des défis quotidiens nécessaires pour atteindre le bonheur. L’humour y est présent et justifié. Cependant, il faudra attendre quelques épisodes avant de voir un côté beaucoup plus dramatique.  

Bref, Beef vous apportera ailleurs en comparaison aux séries génériques sur Netflix. Chaque épisode est différent et permet d’en apprendre davantage sur la vie des deux protagonistes. Les acteurs de supports sont excellents et il est facile de s’identifier à travers des comportements présentés durant la série. 

FORMER ET INFORMER / Le Collectif a pour mission de rapporter objectivement les actualités à la population et d’offrir une tribune à la communauté étudiante de Sherbrooke et ses associations. Toutes les déclarations et/ou opinions exprimées dans les articles ou dans le choix d’un sujet sont uniquement les opinions et la responsabilité de la personne ou de l’entité rédactrice du contenu. Toute entrevue ou annonce est effectuée et livrée dans un but informatif et ne sert en aucun cas à représenter ou à faire la promotion des allégeances politiques ou des valeurs éthiques du journal Le Collectif et de son équipe.