Dim. Mai 26th, 2024

Par Maria Camila Gallego  

Le Service de psychologie et d’orientation de l’UdeS offre gratuitement à la communauté universitaire des ateliers de méditation deux fois par semaine durant la session d’hiver. Le Collectif a assisté à l’une des séances animées par la psychologue Catherine Joanis-Sirois.  

À l’écoute de son corps 

C’est la semaine avant la relâche, la fatigue est palpable et les heures de travail s’enchaînent, mais une dizaine de personnes sont au rendez-vous pour l’atelier de méditation du lundi midi. Certaines y assistent pour la première fois, d’autres en font une routine hebdomadaire. Durant une trentaine de minutes, Catherine Joanie-Sirois, psychologue à l’UdeS, les amène d’une voix douce et sereine à prendre conscience de leur respiration et de leur corps, avec un scan du bas vers le haut. « On est dans une société qui valorise beaucoup l’intellect, encore plus à l’Université où les tâches sont surtout dans notre tête. Le scan corporel nous invite à revenir à l’écoute de notre corps », explique l’animatrice.  

D’une semaine à l’autre, la méditation varie, mais deux éléments essentiels reviennent : la respiration par le ventre et l’expiration plus longue.  La psychologue mentionne que les Occidentaux ont appris beaucoup à respirer par la poitrine, alors que les bébés respirent davantage par le ventre. Cela permet de mieux se poser et prendre conscience des sensations du corps. Divers éléments peuvent s’ajouter selon les séances, des visualisations, des exercices pour aller à la rencontre des pensées ou l’automassage.  

Une pratique aux multiples bienfaits  

L’approche proposée durant les ateliers est celle de la pleine conscience, qui amène une multitude de bienfaits au quotidien. La méditation est souvent associée à la relaxation, mais Catherine explique qu’il s’agit plutôt d’un effet secondaire. C’est surtout la prise de conscience des pensées qui est au cœur de la pratique. Les pensées, elles peuvent être imaginées comme des nuages ou de vagues que l’on observe passer. « On devient plus attentifs à nos signaux internes. On se rend compte de ce qui est là sans vouloir le contrôler ou le changer », ajoute l’animatrice. Cela amène à développer une plus grande tolérance aux sensations, ce qui peut aider à mieux gérer le stress et les émotions négatives.  

Mathieu Diseur, étudiant en troisième année au baccalauréat en histoire, pratique la méditation depuis un an : « La méditation m’apporte beaucoup de douceur, surtout à long terme », mentionne-t-il. Quand il a vu que des ateliers étaient offerts sur le campus, il a décidé de tenter l’expérience : « il y a une cohésion, une énergie qui se crée », lance-t-il. C’est dans une ambiance de légèreté que les personnes participantes quittent l’atelier pour reprendre leurs activités quotidiennes.  

« Je recommande d’oser, d’essayer plus d’une fois, car chaque séance est différente », lance la psychologue. Les ateliers sont une excellente façon de découvrir la pratique de la méditation (gratuits, sans inscription). 

 : Espace La Zone, au pavillon E1 (E1-0001) 

Quand : Les lundis de 11 h 30 à 12 h et les mardis de 12 h 15 à 12 h 45, jusqu’au 26 avril  

Plus d’informations : https://www.usherbrooke.ca/actualites/evenements/details/47057  


Crédit image @ Unsplash

FORMER ET INFORMER / Le Collectif a pour mission de rapporter objectivement les actualités à la population et d’offrir une tribune à la communauté étudiante de Sherbrooke et ses associations. Toutes les déclarations et/ou opinions exprimées dans les articles ou dans le choix d’un sujet sont uniquement les opinions et la responsabilité de la personne ou de l’entité rédactrice du contenu. Toute entrevue ou annonce est effectuée et livrée dans un but informatif et ne sert en aucun cas à représenter ou à faire la promotion des allégeances politiques ou des valeurs éthiques du journal Le Collectif et de son équipe.